À droite, le président et chef de la direction de CO2 Solutions, Evan Price, explique le principe de captation du dioxyde de carbone au ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social et député de Québec, Jean-Yves Duclos.

Le carbone et l’Ontario: CO2 Solutions garde le cap

Le nouveau premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a rempli sa première promesse électorale. Faire faux bond au Québec et à la Californie et sortir sa province du marché du carbone.

Président et chef de la direction de C02 Solutions, Evan Price en a vu d’autres. Il n’est pas démonté du tout par la décision du premier ministre Ford.

«Je le reconnais d’emblée, ce n’est pas une bonne nouvelle pour nous. Par contre, je me rassure en me disant qu’un jour, il y aura un autre gouvernement à la tête de la province voisine. Ce qui m’apporte aussi la tranquillité d’esprit, c’est de savoir que, pour les entreprises, les cycles économiques sont plus longs que les cycles politiques. Leur horizon, notamment en matière de réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2), se projette sur le long terme. Elles ne se laisseront pas impressionner par des petits soubresauts politiques. La capture du C0est devenue un souci pour les industriels.»

Le parcours de l’entreprise de Québec au cours des vingt dernières années ressemble à une longue traversée du désert. La rentabilité tarde à se pointer le bout du nez. Les actionnaires de la société cotée à la Bourse de Toronto (TSX de croissance: CST) mettent leur patience à rude épreuve. 

«CO2 Solutions a été en avant de son temps. Reculez quelques années et personne ne parlait à l’époque de tarification sur le carbone. L’appui des gouvernements, notamment en matière de réglementation, était inexistant», rappelait Evan Price, mardi, alors qu’il recevait le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social et député de Québec, Jean-Yves Duclos, qui était le porteur d’une subvention de 375 000 $ pour aider l’entreprise à poursuivre le développement de sa technologie.

«À travers les hauts et les bas, nous avons toujours agi méthodiquement et gardé un objectif en tête : offrir aux industriels une technologie brevetée permettant la capture, la séquestration et la réutilisation du C02. Et tout ça, surtout, en leur démontrant que ce n’est pas si compliqué que ça!»

La «recette» de C02 Solutions, c’est l’utilisation d’enzymes, notamment l’anhydride carbonique, pour la capture du CO2 qui s’échappe des cheminées des complexes industriels.

Lueurs d’espoir

Deux projets en cours, l’un à Montréal et l’autre à Saint-Félicien, permettent à l’entreprise de Québec et à sa vingtaine d’employés de trouver, enfin, la voie de la rentabilité.

À Montréal, il y a d’abord le projet Valorisation Carbone Québec dont l’objectif est de démontrer qu’il y a des solutions «commercialement viables» de capture et de valorisation du CO2 dans différentes applications industrielles.

Evan Price n’hésite pas à qualifier ce projet de démonstration comme le «plus ambitieux» au monde. 

Il s’agit d’une usine de capture de carbone de 10 tonnes par jour qui est pleinement en opération sur le site industriel de Chimie ParaChem, une société en commandite détenue en partenariat par Suncor Énergie et Investissement Québec.

Le gouvernement du Québec a injecté plus de 25 millions $ dans le projet Valorisation Carbone Québec qui réunit divers partenaires comme l’Université Laval, Hydro-Québec et des sociétés privées comme Total SA et Hatch. 

«Ce projet attire l’attention», note Evan Price. «Une bonne douzaine de groupes industriels provenant de l’Asie, de l’Europe et de l’Amérique du Nord sont venus voir comment nous nous y prenons pour transformer le CO2 en méthanol ou en protéines pour nourrir les animaux.»

Par ailleurs, c’est par l’entremise de sa future usine à Saint-Félicien au Saguenay-Lac-Saint-Jean que CO2 Solutions espère récolter ses premiers revenus. Selon Evan Price, ils devraient tomber du ciel en 2019.

L’usine est présentement en construction et devrait débuter ses opérations en novembre prochain. D’une capacité de 30 tonnes par jour, elle capturera le dioxyde de carbone s’échappant des installations de Produits forestiers Résolu pour fournir de l’énergie à l’entreprise Les Serres Toundra.

Mardi, à la fermeture des marchés à la Bourse de Toronto, la valeur de l’action de CO2 Solutions affichait 8 ¢.