En plus de diffuser une vingtaine de matchs du Canadien de Montréal en saison régulière, TVA Sports est le diffuseur officiel francophone des matchs éliminatoires de la LNH.

Le Canadien et les X-Men font doubler la perte du Groupe TVA

Le Groupe TVA a creusé sa perte au deuxième trimestre, ce qu'il a attribué à l'absence du Canadien de Montréal aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley et à la baisse du niveau d'activité de ses services cinématographiques, qui avaient été occupés l'an dernier par la mégaproduction américaine X-Men Apocalypse.
La perte nette attribuable aux actionnaires du Groupe TVA s'est élevée à 5,7 millions $, soit 13 ¢ par action, pour le trimestre clos le 30 juin, a-t-il indiqué lundi. En comparaison, il avait affiché une perte de 2,6 millions $, ou 6 ¢ par action, pour la même période un an plus tôt.
Les revenus de l'entreprise montréalaise ont reculé à 144,2 millions $, comparativement à ceux de 159,4 millions $ de l'an dernier.
Le bénéfice ajusté d'exploitation de 0,9 million $ affiché l'an dernier par la division de télédiffusion et production s'est transformé cette année en perte d'exploitation de 2,4 millions $. L'absence du Canadien de Montréal et des autres équipes de hockey canadiennes dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley a pesé sur les ventes publicitaires de la chaîne spécialisée TVA Sports, qui a vu sa perte d'exploitation grimper de 20 %.
En outre, le bénéfice d'exploitation du secteur des services cinématographiques et audiovisuels a diminué de 82 % par rapport à l'an dernier, passant de 2,3 millions $ à 0,9 million $, ce que le Groupe TVA a expliqué par «un niveau d'activité moindre de location de studios et d'équipements ainsi que des effets visuels». Au deuxième trimestre de l'an dernier, les studios et l'équipement de l'entreprise étaient «fortement sollicités» par la production X-Men Apocalypse.
Le secteur des magazines a pour sa part vu son bénéfice d'exploitation plus que tripler à 3,9 millions $, ce qui s'explique essentiellement par l'acquisition de magazines auprès de Transcontinental, dont Coup de pouce, Elle Québec et Le bel âge