Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Le Canada fait un nouveau versement de 71 millions $ US pour le chasseur F-35

Lee Berthiaume
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Le Canada a discrètement effectué au printemps un nouveau versement de plusieurs millions de dollars pour le développement du chasseur furtif F-35, même si le gouvernement ne sait toujours pas s'il en achètera — et malgré les appels d'artistes et de militants à ne pas acheter de nouveaux avions de combat.

Le Canada est l'un des neuf pays qui ont accepté de couvrir chaque année une partie des coûts de recherche et développement, de plusieurs milliards de dollars, du chasseur furtif, en échange de la possibilité d'en acheter éventuellement à moindre coût. Ces pays se positionnent aussi pour soumissionner sur les travaux de construction et d'entretien de cet appareil conçu par le géant américain de la défense Lockheed Martin.

Le porte-parole du ministère de la Défense, Daniel Le Bouthillier, a indiqué mercredi que le paiement le plus récent s'élevait à 71 millions $ US (environ 89,2 millions $ CAN), effectué au printemps, ce qui porte l'investissement total du Canada dans ce projet depuis 1997 à plus de 600 millions $ US (environ 754 millions $ CAN). Mais les entreprises canadiennes ont également obtenu plus de 2 milliards $ US en contrats de production et de maintenance liés au chasseur furtif, a soutenu M. Le Bouthillier dans un courriel.

La nouvelle de l'investissement intervient alors que la Suisse est devenue le plus récent pays à sélectionner le F-35 comme prochain avion de chasse, bien qu'elle ne soit pas un pays partenaire de son développement. Cette décision a toutefois été critiquée par la gauche dans ce pays. Des inquiétudes ont aussi surgi aux États-Unis après que les vérificateurs du Congrès ont découvert que le F-35 pourrait être trop coûteux pour l'armée américaine, en raison de coûts d'exploitation et de maintenance plus élevés que prévu.

Le gouvernement canadien devrait annoncer plus tard cette année s'il achètera le F-35 de Lockheed Martin, le Super Hornet de Boeing ou le Gripen de la suédoise Saab pour remplacer les CF-18 vieillissants de l'armée de l'air. Le gouvernement prévoit d'acheter 88 nouveaux avions, à un coût qui atteindrait maintenant 19 milliards $.

La décision imminente a poussé des dizaines d'artistes, de politiciens et de militants canadiens, dont Neil Young, David Suzuki, Yann Martel et Michael Ondaatje, à signer une déclaration appelant le gouvernement à annuler ses projets d'achat de nouveaux avions de combat,qui sont «inutiles pour répondre aux catastrophes naturelles, fournir une aide humanitaire internationale ou dans les opérations de maintien de la paix».Les signataires soutiennent aussi que les avions de combat contribuent non seulement au changement climatique, mais que le coût réel s'élèvera plutôt à près de 77 milliards $, et non 19 — une somme qui serait mieux dépensée pour d'autres priorités.

«Au lieu d'acheter 88 nouveaux avions de combat, utilisons ces ressources pour les soins de santé, l'éducation, le logement et l'eau potable.»

Le gouvernement plaide qu'il a besoin d'avions de combat pour protéger le Canada et l'Amérique du Nord, et pour mener des opérations militaires à l'étranger. Les experts soutiennent que le fait de ne pas avoir d'avions de combat laisserait à Washington la défense de l'espace aérien canadien.

Le responsable des acquisitions au ministère de la Défense, Troy Crosby, déclarait à La Presse Canadienne plus tôt ce mois-ci que le gouvernement devrait terminer l'évaluation des trois soumissions plus tard cette année et signer le contrat l'année prochaine. Le premier avion devrait être livré en 2025 et le dernier en 2032 — les CF-18 auront alors une cinquantaine d'années.