Le Canada enregistre son premier excédent commercial depuis l’été dernier

OTTAWA — Le Canada a enregistré en mai son premier excédent commercial depuis l’été dernier, le secteur de l’automobile ayant gonflé les exportations pour leur permettre d’atteindre un niveau record et l’économie continuant à montrer des signes de reprise.

Statistique Canada a indiqué mercredi qu’un bond des exportations avait aidé l’économie à dégager en mai un excédent commercial de 762 millions $.

Cet excédent était le premier depuis celui de 10 millions $ dégagé en juillet 2018.

Les économistes s’attendaient à un déficit de 1,5 milliard $ pour le mois de mai, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters Eikon.

«Les données du commerce international de mai se joignent à une série d’autres publications qui confirment que l’économie canadienne se remet de la période difficile observée à la fin de 2018 et au début de 2019», a écrit l’économiste Omar Abdelrahman, de la Banque TD.

M. Abdelrahman a estimé qu’il y avait peu de raisons de se plaindre dans le plus récent rapport sur le commerce, bien qu’une partie de la hausse devrait être écartée en raison des transactions ponctuelles, notamment une hausse de la production de véhicules automobiles attribuable à la reprise des activités dans certaines usines d’assemblage à la suite d’arrêts temporaires atypiques survenus en avril.

En outre, la catégorie des aéronefs et autres matériels et pièces de transport et celle des bateaux et autres moyens de transport ont connu des niveaux élevés d’activités, mais ces deux groupes sont généralement plus volatils.

«Malgré tout, un rapport solide est un rapport solide, et les données d’aujourd’hui révèlent un portrait généreux et encourageant des exportations pour le mois de mai», a-t-il affirmé.

Une reprise attendue par la Banque du Canada

L’économie canadienne a connu un ralentissement à la fin de l’année dernière, alors que les prix du pétrole ont chuté et que le pays a enregistré, avec le dernier trimestre de 2018 et le premier de 2019, ses plus faibles trimestres de croissance consécutifs depuis 2015.

Cependant, des données récentes suggèrent que cette faiblesse était temporaire et que l’économie a repris du poil de la bête.

La Banque du Canada - qui doit faire la semaine prochaine sa prochaine annonce sur les taux d’intérêt et publier une mise à jour de son rapport de politique monétaire -, avait déjà indiqué qu’elle s’attendait à une reprise de la croissance.

La position de la banque centrale canadienne contraste avec celle de la Réserve fédérale des États-Unis, qui a laissé entendre qu’elle était disposée à réduire les taux d’intérêt plus tard cette année.

Benjamin Reitzes, stratège des taux et de la macroéconomie chez BMO Marchés des capitaux, a estimé que les données économiques canadiennes continuaient de montrer une performance supérieure aux attentes malgré le contexte mondial de plus en plus sombre.

«Il reste encore beaucoup de données à obtenir pour le deuxième trimestre, mais il semblerait que l’économie se remette fortement de la croissance quasi nulle des quatrième et premier trimestres», a observé M. Reitzes.

«La question est maintenant de savoir si cette force persistera en juin et au troisième trimestre, avec une toile de fond mondiale beaucoup plus difficile.»

Selon Statistique Canada, les exportations ont augmenté de 4,6 pour cent en mai pour atteindre un niveau record de 53,1 milliards $ en mai.

Les exportations de véhicules automobiles et de leurs pièces ont augmenté de 12,4 % et celles de voitures automobiles et camions légers ont bondi de 17,8 %. Les exportations d’aéronefs et autres matériels et pièces de transport ont grimpé de 33,0 %.

Entre-temps, les importations totales ont augmenté de 1,0 % pour atteindre 52,3 milliards $.

Les importations d’aéronefs et autres matériels et pièces de transport ont augmenté de 14,2 %, tandis que celles de véhicules automobiles et de leurs pièces ont augmenté de 1,6 % en mai.

Exprimées en volume, les exportations ont augmenté de 4,0 pour cent, et les importations, de 1,2 %.