La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland a laissé entendre que le gouvernement canadien n'était pas inquiet pour l'avenir, affirmant que les Canadiens pouvaient continuer à profiter des avantages de l'ALENA signé il y a 25 ans, qui est toujours en vigueur.

Le Canada continue de profiter des avantages de l'ancien ALENA, dit Freeland

OTTAWA — La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, affirme que le Canada a conservé son accès privilégié au marché américain, même si le nouvel accord commercial nord-américain n'a pas encore été ratifié.

Mme Freeland a indiqué mardi que c'était l'objectif principal du Canada depuis qu'il a commencé à renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) avec les États-Unis et le Mexique en août 2017.

Les dirigeants des trois pays ont signé le nouvel accord l'automne dernier, mais sa ratification reste incertaine compte tenu de la joute politique entre les États-Unis et le Mexique.

La ministre Freeland a laissé entendre que le gouvernement canadien n'était pas inquiet pour l'avenir, affirmant que les Canadiens pouvaient continuer à profiter des avantages de l'ALENA signé il y a 25 ans, qui est toujours en vigueur.

Des législateurs mexicains ont récemment déclaré à La Presse canadienne qu'ils étaient d'accord pour maintenir le statu quo si le nouveau pacte commercial ne pouvait pas être ratifié.

Mme Freeland a réitéré ses inquiétudes selon lesquelles les tarifs américains sur l'acier et l'aluminium canadiens sont «absurdes» et «illégaux», mais elle s'est abstenue de dire que leur levée serait une condition préalable à la ratification du nouvel accord commercial par le Canada.