Manon Hamel, de la Caisse de dépôt et placement, Carl Viel, de Québec International, et Sébastien Tanguay, du CAMP, ont annoncé lundi un partenariat pour aider les entreprises technologiques à croître et à se déployer à l'international.

LE CAMP propulsé par une entente avec la Caisse de dépôt

L’incubateur et accélérateur de jeunes entreprises technologiques LE CAMP vient de se faire un allié de taille pour propulser sa mission encore plus loin. La Caisse de dépôt et placement du Québec, par le truchement d’Espace CDPQ, vient d’en faire son antenne dans la capitale en lui donnant accès à son réseau d’investissement et d’accompagnement.

L’annonce a été faite lundi dans les bureaux du CAMP, dans Saint-Roch. En devenant le «Hub Québec», l’organisation chapeautée par Québec International aura un lien privilégié avec les 16 partenaires d’Espace CDPQ, qui sont réunis sous un même toit à Montréal. C’est cette mise en commun de ressources financières et d’expertise qui fait la force d’Espace CDPQ, fait valoir sa directrice générale, Manon Hamel.

Financement

Espace CDPQ compte cinq organisations en accompagnement (parmi lesquels l’École d’entrepreneurship de Beauce et QG100) et 11 firmes de capital de risque (dont Brightspark, iNovia, Real Ventures), qui ont un actif total sous gestion de 1,2 milliard $. 

Ces 16 partenaires ont ensemble un réseau de contacts qui s’étend à quelque 1200 entreprises dans 170 pays, précise Mme Hamel, qui est aussi vice-présidente, Développement des affaires et initiatives Québec de la Caisse de dépôt et placement du Québec. 

«Ce n’est pas toujours facile pour les entrepreneurs d’avoir accès aux investisseurs. Les fonds sont extrêmement sollicités. De pouvoir leur donner un accès privilégié aux investisseurs, c’est vraiment une grande valeur ajoutée à notre offre de services, parce que justement ça les aide à croître», a commenté le directeur principal du CAMP, Sébastien Tanguay. 

LE CAMP s’adresse à des entreprises technologiques de produits (jeux vidéo, logiciels, technologie médicale, etc.). Il est à la fois un incubateur pour les jeunes pousses qu’il héberge dans ses locaux qu’un accélérateur pour des entreprises qui sont à différentes étapes de leur développement. 

Le partenariat vise toutefois surtout à mousser la croissance à l’international. «Nous, on veut vraiment s’assurer qu’il y a encore plus d’entreprises qui accélèrent leur croissance, qui passent à l’autre niveau plus rapidement, mais bien accompagnés», explique Mme Hamel. Elle souhaite que celles-ci reçoivent «des bons conseils au bon moment et le montage financier au bon niveau».

Pour ce faire, les start-up d’ici auront droit à des cliniques à Québec par les experts d’Espace CDPQ. Un équipement mobile de vidéoconférence permettra plus d’échanges entre les deux entités. Par exemple, si une conférence se donne à Montréal, les entrepreneurs d’ici pourront y avoir accès, sans avoir à se déplacer, note Carl Viel, président-directeur général de Québec International. Cinq entreprises triées sur le volet pourront aussi faire un bootcamp de 48 heures.

Il n’est pas possible de chiffrer les retombées qui pourraient résulter de cette alliance. Mais les partenaires assurent qu’il y aura une croissance des investissements.

D’autres annonces de la Caisse de dépôt et placement suivront dans la province au cours des prochains jours.