«Ça prend un engagement chiffré, sérieux, certain pour protéger l'industrie laitière et fromagère du Québec», a soutenu Jean-François Lisée.

Le Bloc exige qu'une aide immédiate soit apportée aux producteurs laitiers

Alors que le Canada s'apprête à signer l'accord du Partenariat transpacifique la semaine prochaine, en Nouvelle-Zélande, le Bloc québécois presse le gouvernement fédéral d'aider immédiatement les producteurs laitiers québécois qui devront faire face à un volume grandissant des importations de protéines laitières.
Le porte-parole bloquiste en agriculture, Simon Marcil, estime que 257 fermes laitières ont déjà été forcées de mettre fin à leurs opérations l'année dernière sur le territoire québécois, et que la situation risque de s'empirer.
Le député de Mirabel presse Ottawa d'agir de toute urgence pour enrayer l'importation de protéines laitières. Simon Marcil affirme que, depuis des années, des entreprises étrangères contournent les lois canadiennes pour concurrencer déloyalement les producteurs québécois sous gestion de l'offre.
M. Marcil souligne que l'inquiétude de l'industrie ne cesse de croître avec l'ouverture accrue du marché québécois dans le Partenariat transpacifique.
Le député bloquiste affirme que, dans ses négociations de libre-échange avec le monde, le gouvernement canadien «ne sacrifie presque jamais le boeuf de l'Ouest ou l'industrie automobile de l'Ontario, mais plutôt les industries chères au Québec».
Simon Marcil soutient également que le gouvernement québécois actuel ne fait rien dans ce dossier et «se met à genoux» devant le fédéral.