Laurent Prémont désire ériger un hôtel sur le terrain vague de 175 000 pieds carrés situé derrière son entreprise Piémont Harley-Davidson.

Laurent Prémont: nouveau venu dans l'hôtellerie

L'homme d'affaires Laurent Prémont prévoit ériger un nouvel hôtel de 10 étages derrière son entreprise Prémont Harley-Davidson.
Après avoir investi 20 millions $ pour l'acquisition d'un terrain de 325 000 pieds carrés situé sur Pierre-Bertrand et pour la construction de son commerce, M. Prémont souhaite aujourd'hui remplir ses 175 000 pieds carrés de terrain vacant.
Le nouvel établissement, qui sera situé dans une bâtisse indépendante à Prémont Harley-Davidson, devrait ouvrir ses portes d'ici trois ans. Le propriétaire songe à intégrer de petites boutiques à son hôtel, mais aucun restaurant n'est au menu pour l'instant. Le stationnement devrait être à l'extérieur.
Jeudi, lors de son entretien avec Le Soleil, M. Prémont était incapable de statuer sur un nombre de chambres, puisque le projet est en phase de démarrage. Des esquisses sont déjà pondues, mais encore beaucoup de travail reste à faire.
«C'est un projet qui ne débutera pas avant un an, puisqu'il faut que je fasse une demande d'amendement de zonage. Le zonage pour l'endroit est correct, c'est plutôt une question de hauteur qu'il faut que je modifie», a soutenu M. Prémont, qui espère pouvoir présenter ses esquisses à la Ville la semaine prochaine.
«Pour l'instant, on continue de mettre en marche le projet de Prémont Harley-Davidson et pour l'hôtel, le temps de régler les permis, le zonage et les plans, il faudra au moins deux à trois ans. D'ici trois ans, le projet devrait être terminé», a-t-il ajouté.
Le plus grand besoin
Pourquoi un hôtel? «Parce que nous avions un terrain vacant et qu'on souhaitait l'utiliser», répond avec le sourire le passionné de motos. «Actuellement, c'est le plus grand besoin. Avec nos commerces, le restaurant [Cécile & Ramone] et le magasin de motos, nous attirons beaucoup de touristes. L'hôtel sera le complément idéal. Et je crois qu'avec le développement d'espaces à bureaux à Lebourgneuf, ce secteur était actuellement comblé.»
Selon M. Prémont, avec la «venue du nouveau Colisée et l'achalandage de l'autoroute [Capitale] à proximité», le projet a tout pour réussir, et ce, même si certains parlent d'une crise dans le monde de l'hôtellerie.
«Dans le secteur où nous sommes situés, il n'y a pas beaucoup d'hôtels. C'est un bon endroit. Bien sûr, nous avons rencontré des spécialistes pour connaître la situation dans l'hôtellerie. Je pense, qu'il y a bel et bien une crise, mais plus en haute-ville où il y a plus de compétition.»
Lundi, dans un texte du Soleil, la CSN, s'inspirant largement des données diffusées par le Confe-rence Board du Canada, estimait que les perspectives dans l'industrie touristique étaient «clairement positives» à court et à moyen terme.
«Pour la Ville de Québec, le Conference Board table sur une hausse de la fréquentation touristique de 2,1 % par année jusqu'en 2017, le tout assorti d'une augmentation des dépenses des visiteurs de l'ordre de 4,6 % par année», souligne le rapport.
Huit fermetures ont eu lieu dans la région de Québec en 2013 (notamment celles du Manoir St-Castin, du Manoir Sainte-Anne et du Loews Le Concorde au début de 2014), mais aucune ouverture de nouveaux hôtels. L'industrie hôtelière à Québec devrait donc bientôt saluer un nouveau venu.