L'Accord de libre-échange devrait aider la croissance de l'emploi au Québec

MONTRÉAL - Le nouvel accord de libre-échange entre les États-Unis, le Mexique et le Canada (AEUMC) devrait être bénéfique pour la croissance de l’emploi au Québec.

Selon l’économiste principale du Mouvement Desjardins, Joëlle Noreau, la baisse du climat de tension pourrait avoir des répercussions positives, mais il faudra attendre la ratification officielle de l’entente au printemps.

Au Québec, le taux de chômage s’est fixé à 5,2% le mois dernier, et l’emploi a été stable.

Mme Noreau note qu’au cours des 12 derniers mois, la croissance de l’emploi au Québec n’a été que de 0,2%, «ce qui est bien peu».

Alors que la création d’emplois dans la province avait été soutenue dans les derniers mois de 2017, les pertes d’emplois se sont depuis accumulées.

Au Canada, la situation est plus enviable. Le taux de chômage est actuellement de 5,8%, son seuil le plus bas en quatre décennies.

Durant la période de 12 mois ayant pris fin en octobre, le nombre de personnes en emploi a augmenté de 206 000, soit de 1,1%.