La supergrappe du Groupe Optel recevra 230 millions $ d'Ottawa

OTTAWA - Le gouvernement fédéral a identifié jeudi cinq supergrappes technologiques, dont une au Québec, qui se partageront un financement pouvant atteindre 950 millions $.

On retrouve parmi les cinq supergrappes nommées par le ministre de l’Initiative Navdeep Bains le consortium SCALE.AI, qui veut exploiter l’intelligence artificielle et la robotique pour développer des chaînes d’approvisionnement intelligentes.

Le projet est piloté par le Groupe Optel, une entreprise du Parc technologique du Québec métropolitain, avec l’appui de plus de 80 partenaires, dont HEC Montréal, qui révèle que cette supergrappe recevra un financement de 230 millions $.

«Cette victoire me remplit de joie, puisque les chaînes d’approvisionnement intelligentes engendreront une croissance économique et la durabilité», a déclaré le président du Groupe Optel, Louis Roy. Le fait que le gouvernement partage ma vision et la reconnaisse officiellement signifie que nous suivons la bonne voie, sur le plan des affaires et sociétal. Ce projet est un excellent tremplin vers l’atteinte de notre mission intégrale. Nous avons enfin la possibilité de changer le monde! », ajoute M. Roy.

Fournisseurs de systèmes de traçabilité, notamment pour l'industrie des produits pharmaceutiques, le Groupe Optel joue un rôle important au sein de SCALE.AI. Louis Roy est d'ailleurs le coprésident de ce consortium de chaînes d'approvisionnement en compagnie d'Hélène Desmarais, la présidente du conseil et chef de la direction du Centre d’entreprises et d’innovation de Montréal.

«Les chaînes d’approvisionnement actuelles ne sont pas réellement connectées, et la visibilité sur l’entièreté du processus (de fabrication) n’est pas présente, venant causer énormément de pertes dans toutes les industries et à chacune des étapes. Puisque les chaînes d’approvisionnement affectent l’ensemble du monde des affaires, elles offrent un potentiel énorme», a mentionné M. Roy dont l'entreprise fait travailler 800 personnes dans le monde.

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain a déclaré, par voie de communiqué, que la création de la supergrappe SCALE.AI consoliderait la position du Québec en tant que «leader mondialement reconnu en intelligence artificielle et permettrait le développement de chaînes d’approvisionnement innovantes qui donneront à nos entreprises les moyens d’être encore plus concurrentielles».

Le communiqué ajoute que ces «chaînes avancées permettront notamment à notre industrie manufacturière et à celle de la vente au détail de prévoir automatiquement la demande de leurs clients et de personnaliser les produits qu’elles offriront».

Louis Roy et Hélène Desmarais ont déclaré par voie de communiqué que le consortium «stimulerait la croissance économique, créerait des emplois hautement qualifiés et approfondirait notre bassin de talents en mettant l’intelligence artificielle au service de l’ensemble des Canadiens».

Ottawa s’attend à ce que l’investissement de 950 millions $ qui pourrait être effectué, et qui fera l’objet d’un financement de contrepartie équivalent de la part du secteur privé, permette de créer plus de 50 000 emplois pour la classe moyenne et fasse croître l’économie du Canada de 50 milliards $ au cours des dix prochaines années.

La supergrappe de l’économie océanique (Canada atlantique), la supergrappe canadienne de la fabrication de pointe (Ontario), la supergrappe canadienne des innovations en protéines (Sakatchewan) et la supergrappe canadienne des technologies numériques (Colombie-Britannique) ont aussi été retenues.

L’initiative des supergrappes vise à regrouper des entreprises de différentes tailles, des institutions académiques et des organisations sans but lucratif afin de générer des idées novatrices et créatrices d’emplois. Avec Le Soleil