Le traversier Peter-Fraser est en cale sèche à l'Isle-aux-Coudres pour au moins trois semaines.

La STQ propose un plan B aux résidents de l'île Verte

Pendant que le traversier Peter-Fraser est en cale sèche à l'Isle-aux-Coudres pour au moins trois semaines, la Société des traversiers du Québec (STQ) propose un plan B aux résidents de l'île Verte, située en face de la municipalité du même nom, près de Rivière-du-Loup. À compter de vendredi, la société d'État ajoutera une barge tirée par un remorqueur pour transporter des véhicules, des matériaux et des marchandises entre le continent et l'île.
«C'est à court terme, précise le maire de l'île, dont la municipalité porte le nom de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs. C'est un dépannage. La barge va avoir moins de capacité que le traversier.» Léopold Fraser ignorait le nombre de véhicules que pourrait accueillir l'embarcation.
La barge pourra transporter les camions d'essence et d'ordures. Elle pourra aussi acheminer les matériaux nécessaires à la construction d'un quai sur l'île, dont les travaux étaient paralysés depuis que le traversier s'est échoué dans le chenal de la rivière Verte le 19 mai.
La municipalité Notre-Dame-des-Sept-Douleurs demande aussi à la STQ de mettre à la disposition de ses citoyens un bateau fermé pour assurer la liaison fluviale. Pour l'instant, un Zodiac de 24 passagers offre la navette, ce qui ne plaît pas à tous les résidents. Selon M. Fraser, la société d'État était sur le point de conclure une entente avec un transporteur pour un bateau fermé qui pourrait accueillir une quarantaine de passagers.
Le président-directeur général par intérim de la STQ, François Bertrand, s'est rendu sur l'île Verte mardi afin de donner de l'information aux résidents de l'endroit. Une trentaine d'insulaires ont assisté à la rencontre publique. «Une partie de la population a bien accueilli l'information», rapporte Léopold Fraser. «Mais, pour une autre partie de la population, c'était moins positif.» Selon l'élu, la grogne se fait principalement sentir du côté des commerçants et des propriétaires de gîtes touristiques. «Plusieurs clients ont cancellé parce qu'ils ne veulent pas prendre le Zodiac ou parce qu'ils ne peuvent pas traverser leur automobile», explique-t-il.