À Lévis, Valero investira 51 millions $ pour construire notamment des aires de stockage, de raffinage et pour effectuer des travaux à son quai. Les pétroliers qui arriveront de Montréal pourront ainsi transiter par la baie intérieure, qui appartient à la raffinerie de Lévis.

La raffinerie Valero Energy investit 200 millions $ au Québec

Le raffineur Valero Energy va investir 200 millions $ au Québec au cours des prochains mois pour mettre à jour ses installations de stockage, de manutention et de transports de pétrole brut, dont 51 millions $ à sa raffinerie de Lévis.
«Nos investissements atteindront facilement les 200 millions $. Il y aura beaucoup de travaux à Québec et à Montréal», a confirmé mardi au Soleil le directeur des affaires publiques de Valero Energy au Québec, Michel Martin.
«Des effets collatéraux directs» de la décision de l'Office national de l'énergie (ONE) permettant à Enbridge (inversion de la ligne 9) de livrer du pétrole de l'ouest au Québec, a fait valoir mardi la directrice générale de la raffinerie Jean-Gaulin de Valero, Martine Péloquin, lors d'une conférence prononcée devant les membres de la Chambre de commerce de Lévis.
Si tout se déroule comme prévu, Valero prévoit recevoir dès la fin de l'année du pétrole brut en provenance de l'Ouest canadien par le pipeline d'Enbridge à ses installations de stockage de Montréal-Est.
Valero injectera près de 150 millions $ à son terminal pétrolier de la métropole pour améliorer ses capacités de stockage et de manutention ainsi que ses capacités de chargement maritime. Le brut de l'Ouest canadien qui arrivera par pipeline aux installations de Valero à Montréal-Est sera ensuite transporté par bateau à la raffinerie de Lévis.
À Lévis, Valero investira 51 millions $ pour construire notamment des aires de stockage, de raffinage et pour effectuer des travaux à son quai. Les pétroliers qui arriveront de Mont-réal pourront ainsi transiter par la baie intérieure, qui appartient à la raffinerie de Lévis.
Valero précise que d'autres investissements de «quelques dizaines de millions de dollars» restent également à confirmer, notamment avec des transporteurs maritimes. Ces derniers transporteront le pétrole brut de Montréal à Lévis par bateaux.
Le raffineur du Texas soutient que le nombre de voyages par navire sur le fleuve Saint-Laurent entre Montréal et Lévis passera à plus de 100 par année. En contrepartie, Valero fera accoster moins de gros pétroliers en provenance d'outre-mer à sa raffinerie de Lévis.
Le transport de pétrole par train est toutefois là pour rester. Près de 20 % du pétrole raffiné à Lévis est transporté actuellement par train. «Cette proportion va demeurer», a dit M. Martin.
Des économies en vue
Il faut dire que l'utilisation du pétrole de l'Ouest canadien représentera des économies substantielles pour Valero. Pour l'heure, sa raffinerie de Lévis traite surtout du pétrole de type Brent qu'elle fait venir à grands frais par bateaux d'Europe (mer du Nord), du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Chaque baril de pétrole de type Brent lui coûte près de 109 $US.
Or, le pétrole en provenance des sables bitumineux se vend ces temps-ci 15 $US de moins que le baril de Brent. «Comme n'importe quel raffineur, il faut demeurer concurrentiel. On a toujours le réflexe de trouver les sources d'approvisionnement les moins dispendieuses», a fait savoir le porte-parole de Valero.
Chaque jour, la raffinerie de Valero traite 265 000 barils de pétrole brut par jour pour fabriquer notamment de l'essence pour voitures et différents types de carburants et de distillats.
La direction de Valero croit également que l'utilisation du pétrole des sables bitumineux lui permettrait de faire des gains environnementaux importants.
«Le pétrole des sables bitumineux est plus léger à traiter pour nous que le pétrole que nous importons en ce moment. Il y a donc moins de résidus lourds», a précisé pour sa part la directrice générale de la raffinerie de Lévis.
Mardi, à la Bourse de New York, le titre de Valero Energy (VLO : NYSE) a terminé la journée à 53,67 $US, en hausse de 20 ¢US.