Le consultant de Car Help Canada, Mohamed Bouchama, inspecte une voiture dans un garage de Toronto.

La production automobile canadienne a reculé en 2017, selon la firme DesRosiers

Même si les ventes de véhicules automobiles ont grimpé à un niveau record de plus de deux millions en 2017, la production de véhicules légers a retraité d’environ sept pour cent l’an dernier, a estimé jeudi la firme DesRosiers Automotive Consultants.

Selon le groupe spécialisé, quelque 2,2 millions d’automobiles et de véhicules utilitaires légers ont été construits au Canada en 2017, une baisse d’environ 200 000 par rapport à l’année précédente.

Une grève à l’usine CAMI de General Motors à Ingersoll, en Ontario, a réduit la production de l’installation de 23,4 pour cent. La production du Chevrolet Equinox a chuté de façon importante pendant certains mois de la deuxième moitié de l’année, ce qui a accentué l’incidence de la délocalisation au Mexique de la production du GMC Terrain.

Les perspectives à long terme pour la production de véhicules automobiles au Canada ne sont pas nécessairement positives, a souligné le rapport.

Depuis quelque temps, le Canada perd des emplois dans les usines d’assemblage au profit du Mexique et des États-Unis. Certains observateurs redoutent de voir cette tendance accélérer en raison des baisses d’impôts au sud de la frontière et de l’incertitude entourant l’avenir de l’Accord de libre-échange nord-américain.

D’autre part, la majorité de la production canadienne est destinée au marché américain, qui a ralenti en 2017. Cela affaiblit la demande pour les véhicules construits au Canada.

DesRosiers a noté que la production canadienne risquait d’être fortement influencée par la tendance des ventes aux États-Unis et les plans de délocalisation déjà annoncés.