La compagnie forestière Tembec compte quelque 3000 employés répartis au Québec, en Ontario ainsi qu'en France.

La pression s'accentue sur l'acheteur potentiel de Tembec

Un bras de fer se dessine entre l'entreprise floridienne qui veut acheter Tembec pour 807 millions $US (1,02 milliard $CAN) et le plus important actionnaire de la compagnie forestière québécoise.
Alors que Rayonier Advanced Materials a refusé lundi de bonifier son offre comme le demande Oaktree Capital Management, la firme d'investissement américaine tente de rallier les actionnaires à sa cause.
Oaktree, qui détient près de 20 % de Tembec (TSX:TMB), sollicite les procurations des porteurs de titres de l'entreprise québécoise en vue du vote prévu le 27 juillet.
Estimant que les actionnaires de la compagnie forestière n'obtiennent pas une juste valeur, Oaktree a exigé, vendredi dernier, que Rayonier Advanced Materials bonifie son offre, sans toutefois dévoiler de montant.
Pour l'instant, l'entreprise établie à Jacksonville refuse de bouger, affirmant qu'elle s'en tient à son offre du 25 mai, dans laquelle elle propose 4,05 $ - ou 0,2302 action de Rayonier Advanced Materials - pour chaque action de Tembec. La transaction évaluée à 807 millions $US tient compte de la dette de la société québécoise.
«La compagnie estime que l'entente annoncée précédemment, qui a été le fruit de longues négociations avec Tembec, constitue un prix juste», fait-elle valoir dans un communiqué.
Ni Rayonier Advanced Materials ni Oaktree n'ont voulu faire des commentaires pour le moment.
L'offre initiale représentait une prime de 37 %. Cette offre est toutefois inférieure au prix actuel de l'action de Tembec, qui, à la Bourse de Toronto, a clôturé à 4,27 $, ce qui contribue à accroître la pression sur Rayonier Advance Materials.
Pour que la transaction puisse aller de l'avant, l'offre de la société floridienne doit obtenir l'appui des deux tiers des actionnaires de Tembec.
«Pour le moment, je crois que Rayonier tente de déterminer qui votera en faveur et qui s'opposera», a estimé Paul Quinn, de RBC Marchés des capitaux, au cours d'un entretien téléphonique.
L'analyste, qui attribue une valeur de 4,75 $ à l'action de Tembec, s'attend à ce que l'entreprise de Jacksonville bonifie son offre.
M. Quinn a souligné que l'on ignore pour l'instant les intentions de la firme américaine Restructuring Capital Associates, qui détient environ 17,09 % des actions en circulation de Tembec.
«Je crois qu'ils étudient leurs options, a-t-il dit. Pour le moment, je crois qu'il y a plus de chances que Rayonier accepte de payer davantage.»
L'analyste de RBC Marchés des capitaux avait déjà soulevé la possibilité du scénario actuel quand Oaktree avait dévoilé, à la suite du dépôt de l'offre de Rayonier Advanced Materials, avoir fait passer sa participation dans Tembec de 12 % à 19,9 %.
La firme de services aux actionnaires Institutional Shareholder Servicse (ISS) suggère aux actionnaires de la forestière québécoise d'accepter l'offre de Rayonier Advanced Materials.
Cette compagnie de 1200 employés se spécialise dans la cellulose de grande pureté - un polymère naturel que l'on retrouve habituellement dans les téléphones cellulaires, les écrans d'ordinateur ainsi que les produits pharmaceutiques.
En mettant la main sur Tembec, elle pourra bonifier ses activités de cellulose, complémentaires à celles de la société québécoise, tout en se diversifiant avec l'ajout des secteurs des produits forestiers, des pâtes et des papiers.
Tembec compte quelque 3000 employés répartis au Québec, en Ontario ainsi qu'en France. Ses recettes annuelles sont estimées à environ 1,5 milliard $.