Jean Vincent, vice-grand chef de la Nation huronne-wendat, Léopold Beaulieu, président-directeur général Fondaction CSN et Konrad Sioui, grand chef du Conseil de la Nation huronne-wendat

La Nation huronne-wendat investit dans un parc éolien

La société en commandite Iohwahs acquiert 5 % des actifs du Parc éolien de la Rivière-du-Moulin pour 43,75 millions $. Le Fondaction CSN injecte 12,45 millions $ dans le projet, aux côtés de la Nation huronne-wendat.
Construit par EDF Énergies Nouvelles Canada au coût de 900 millions $, le parc éolien de la Rivière-du-Moulin est un développement comprenant 175 éoliennes sur le territoire non organisé (TNO) Lac Pikauba dans la MRC de Charlevoix et dans le TNO Lac Ministuk dans la MRC du Fjord-du-Saguenay.
D'une capacité de 350 mégawatts, l'installation d'énergie éolienne la plus importante au Canada regroupée sous un même contrat peut alimenter jusqu'à 77 000 foyers annuellement. La mise en service de la phase I a été effectuée en décembre 2014 et celle de la phase II 12 mois plus tard.
Selon le vice-grand chef de la Nation huronne-wendat, Jean Vincent, l'investissement générera au cours des 20 prochaines années des retombées économiques pour la communauté autochtone de l'ordre d'environ 24 millions $.
«Il s'agit d'un investissement stratégique qui permet à la Nation de prendre une place dans l'espace économique du Québec», affirme M. Vincent. «On investit 43,75 millions $. Une fois qu'on va avoir remboursé toutes nos dettes, entre autres le Fondaction, il va nous rester nets dans nos poches 24 millions $. L'argent va provenir de deux sources, soit des redevances et des revenus de projet», poursuit-il.
Outre la société en commandite Iohwahs (5 %), EDF Énergies Nouvelles Canada (42,5 %), le consortium Éolien DIM, composé de Desjadins, d'Industrielle Alliance, et de Manulife (42,5 %), ainsi que les MRC de Charlevoix et du Fjord-du-Saguenay (5 %) et un autre groupe autochtone (5 %) sont également actionnaires dans le développement.
Déjà des revenus
À titre d'exemple, pour donner une idée des revenus touchés par les actionnaires, entre le 8 août et le 31 octobre dernier, la Corporation du parc éolien de la Rivière-du-Moulin, qui regroupe les MRC du Fjord-du-Saguenay et de Charlevoix, a obtenu des dividendes reliés à la production de 274 770 $. Les MRC reçoivent également des redevances annuelles de 440 000 $.
Hydro-Québec s'est engagée à acheter l'énergie produite par le parc éolien de la Rivière-du-Moulin sur une période de 20 ans. «Le projet a déjà commencé à encaisser ses revenus», assure M. Vincent, expliquant que la Nation a financé son investissement grâce entre autres à une dette senior consentie par le consortium DIM, de l'investissement de Fondaction CSN, et d'un prêt subordonné de 14 millions $.
Pour le grand chef de la Nation, Konrad Sioui, cette acquisition permettra à la communauté autochtone «d'acquérir un rôle beaucoup plus important et distinct dans la gestion des ressources [naturelles]». Elle offrira aussi une nouvelle source de revenus à la communauté. Actuellement, le territoire de Wendake compte plus d'une centaine d'entreprises en activité. Plusieurs misent sur l'industrie du tourisme. 
«Une industrie touristique, c'est fragile. Il faut s'assurer que les gens reviennent. [...] Pour l'avenir, il faut se donner des outils nationaux, collectifs, qui vont faire qu'on va grandir et qu'on ne sera pas toujours à la solde des paiements de transfert des gouvernements, parce que sans ça, on va vivre avec beaucoup de difficultés», confie M. Sioui.
C'est la Société de crédit commercial autochtone (SOCCA), fondée en 1992 par Jean Vincent, qui sera gestionnaire du portefeuille de la nouvelle acquisition. Il s'agit d'un organisme à but non lucratif dont la mission est de faire du financement commercial pour les entrepreneurs autochtones au Québec. Depuis sa création, SOCCA a consenti des prêts à environ 700 projets. «C'est 65 millions $ de financement qu'on a fait», conclut le vice-grand chef.
Avec Le Quotidien