Jean D'Amour, ministre responsable de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

La grande cale sèche le long du Saint-Laurent, un projet... pour l'avenir

La construction d'une grande cale sèche le long du Saint-Laurent pouvant accueillir à court terme des navires de type postpanamax n'est pas pour demain matin, estime Jean D'Amour, ministre responsable de la stratégie maritime du Québec.
«Des chantiers navals comme la Davie, Océan ou Verreault ont des installations pour recevoir les navires qui circulent sur le fleuve, en difficulté et les réparer. Il faut voir ce qu'on pourra réparer ou non sur le Saint-Laurent en prévision de l'augmentation et du développement du trafic maritime dans l'avenir. Ce qui va bien au-delà du projet de TransCanada à Gros-Cacouna», a précisé M. D'Amour au Soleil, mardi.
Ce dernier ajoute qu'il faut tenir compte «de l'entente de libre-échange avec l'Europe, de l'élargissement du canal de Panama et du fait que les navires seront de plus en plus gros, ce qui nous place dans l'optique d'un chantier complémentaire qui pourrait être un ajustement à une installation existante», croit-il.
Lundi, le premier ministre Philippe Couillard avait fait référence à la nécessité d'une grande cale sèche sur le Saint-Laurent pour réparer les superpétroliers qui pourraient accoster au port de Gros-Cacouna si le projet de TransCanada se réalise.