Selon la CSN, la Davie représente à elle seule 50 % de la capacité de construction navale du Canada, mais elle a été écartée des contrats de la Stratégie nationale en matière de construction navale par le gouvernement fédéral.

La CSN dénonce le favoritisme envers le chantier Irving

Le Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CSN) trouve «indécente» la rumeur selon laquelle les bureaucrates fédéraux étudieraient la possibilité d’accorder de nouveaux contrats au chantier Irving d’Halifax pour éviter des mises à pied alors que les travailleurs de la Davie sont au chômage depuis des mois, voire des années.

Cette sortie fait suite à un article paru dans le National Post du 6 mai, où on apprend qu’Ottawa pourrait accorder le contrat pour pour construire deux navires de patrouille extracôtière et de l’Arctique pour la garde côtière en plus des six navires similaires, déjà commandés pour la Marine royale canadienne. Selon les informations du quotidien torontois, le but de l’opération est d’éviter au chantier Irving d’éventuelles mises à pied entre deux contrats et de permettre aux libéraux fédéraux de se présenter devant l’électorat en ayant rempli leur promesse de reconstruire la garde côtière. 

«C’est profondément insultant de voir que, malgré toutes les représentations québécoises, les bureaucrates fédéraux considèrent la possibilité de donner encore plus de contrats au chantier Irving», souligne Ann Gingras, présidente du conseil central.

Selon la CSN, la Davie représente à elle seule 50 % de la capacité de construction navale du Canada, mais elle a été écartée des contrats de la Stratégie nationale en matière de construction navale par le gouvernement fédéral. «Nous sommes face à une injustice grossière qui dure depuis des années», dénonce Mme Gingras. «Où en sommes-nous avec la construction de brise-glaces et de traversiers qu’on a fait miroiter jusqu’à tout récemment?», questionne-t-elle.

La CSN demande au gouvernement Trudeau de rappeler à l’ordre ses bureaucrates et d’agir en gouvernement responsable et équitable en donnant au Québec sa juste part des contrats fédéraux de construction navale.