L’Aéroport de Québec

La course au poste de pdg de l'Aéroport de Québec, «un écran de fumée»?

La course au poste de président et chef de la direction de l’Aéroport de Québec est-elle «un écran de fumée»? C’est le questionnement de John McKenna, qui avait déposé sa candidature en janvier.

Jamais, malgré une tentative de communication la semaine dernière avec des responsables de l’aéroport, celui qui occupe la chaise de président de l’Association du transport aérien du Canada (ATAC) n’a eu de retour d’appel ou de courriel, outre que la confirmation lors de l’envoi de son curriculum vitæ. 

Mercredi, il a été surpris que le maire de Québec, Régis Labeaume, laisse entendre que le conseil d’administration de l’établissement pourrait possiblement désigner dès jeudi un nouveau président et chef de la direction ou un nouveau président du CA. 

À LIRE AUSSI : L'aéroport devra répondre aux besoins des gens d'affaires, dit Labeaume [VIDÉO]

Surtout qu’aucune date d’entrée en fonction n’était inscrite dans l’offre d’emploi pour le poste de président et chef de la direction. 

Toutes les apparences

«Un processus d’embauche, qui demande l’intervention d’une firme de chasseur de têtes [Korn Ferry] et qui se fait à l’intérieur d’une si courte période, c’est fort anormal», déplore au Soleil M. McKenna. «Cela a toutes les apparences d’un concours déjà organisé d’avance. [...] Je n’ai jamais été convoqué pour une entrevue, même pas pour un échange téléphonique. J’ai l’impression qu’ils se sont servis d’une firme externe pour justifier leur action», poursuit-il.

M. McKenna prédit que le poste va revenir à un employé à l’interne. Il précise que le nom de Serge St-Laurent, qui occupe actuellement la chaise de vice-président — Exploitation à l’aéroport, circule dans le milieu.  

«Tous les appuis que j’ai reçus des transporteurs et des locataires de l’aéroport, ils m’ont dit bravo, mais que les ficelles étaient déjà attachées», note M. McKenna. «S’il trouve un meilleur candidat que moi, c’est tant mieux, je peux ne rien dire, mais si l’exercice est en effet un écran de fumée, c’est la région qui va en sortir perdante. Lorsque je suis entré à l’Association, le processus a pris deux mois et les responsables n’avaient pas demandé l’aide d’une firme externe», poursuit le détenteur d’une maîtrise en Études économiques internationales Est-Ouest de l’Université Carleton.

D'autres doutent

Plusieurs autres sources dans le milieu, préférant taire leurs noms, ont aussi avoué au Soleil avoir certains doutes par rapport à la méthode de recrutement. 

L’actuel président et chef de la direction de l’Aéroport international Jean-Lesage de Québec (YQB), Gaëtan Gagné, avait annoncé publiquement le 28 novembre dernier qu’il quitterait son poste en 2019. 

Le futur patron devait commencer «au printemps ou à l’été 2019». Le processus de dotation devait débuter en décembre, disait-on à ce moment.