Le président de la Commission scolaire Central Québec, Stephen Burke, devant le siège social de la commission scolaire.

Jeunes, bilingues et oubliés par les employeurs

«Les jeunes anglophones doivent savoir qu’il y a un avenir pour eux ici à Québec.»

L’entrevue avec Stephen Burke a pris fin avec ce cri du coeur.

En avril, le président de la Commission scolaire Central Québec avait été piqué au vif par un reportage du Soleil relatant les misères des compagnies d’assurances et de services financiers ayant leur siège social à Québec et à Lévis à recruter de la main-d’oeuvre bilingue.

Dans une lettre d’opinion publiée deux jours plus tard, il écrivait au journal pour mettre son grain de sel et ouvrir les yeux des patrons de ces compagnies et, par la bande,  de l’ensemble des employeurs de la région de Québec. «Oui, il y a des candidats bilingues à Québec», soutenait-il fermement.

LIRE AUSSI: Recrutement de la main-d'oeuvre dans l'industrie des assurances: l'union fait la force

LIRE AUSSI: Oui, il y a des candidats bilingues à Québec

Sa sortie publique a porté fruit.

Puissance 11, l’organisme qui regroupe les compagnies d’assurances et de services financiers dans le but d’attaquer collectivement des enjeux communs comme celui de la rareté des talents, et la Commission scolaire Central Québec vont établir des ponts.

Stephen Burke souhaite maintenant que cette collaboration à venir fasse des petits auprès de tous les employeurs de la région de Québec qui peinent à dénicher du personnel bilingue.

«C’est quoi être bilingue pour un employeur ? Est-ce que ça se résume simplement à un francophone qui parle l’anglais ? Pourquoi ne pense-t-il pas aussi à un jeune qui porte le nom de Fitzpatrick ou d’O’Gallagher ? Ils sont aussi Québécois qu’un Tremblay ou un Gagnon. Et, du coup, en les embauchant, il va sauver des milliers de dollars en cours d’anglais offerts à ses travailleurs francophones !»

Le français, c’est fondamental

«Je suis un Irlandais de Québec. Je suis né à Québec. J’ai fait mes classes à l’école secondaire Saint-Patrick et à l’Université Laval», expose cet actuaire de formation qui, après avoir travaillé pour la compagnie d’assurances Sun Life, est revenu vivre à Québec où il a oeuvré pendant 35 dans la fonction publique.

Marié à une canadienne-française, comme son père, il a eu trois enfants. Leur cheminement scolaire s’est fait dans le réseau anglophone. Ils ont ensuite fréquenté des universités québécoises francophones.

«Moi, j’adore Québec. C’est la plus belle ville au monde. Ne pas parler français, ça ne serait pas normal. Le français, pour moi, c’est fondamental.»

À l’instar de son père, il a dû «convaincre» sa conjointe d’envoyer leurs enfants à l’école anglaise. «Je tenais à ce qu’ils soient parfaitement bilingues.»

L’administrateur scolaire avoue que «ça lui arrache le coeur» de constater que des parents choisissent de quitter le réseau anglophone au moment où leur progéniture termine leur parcours académique à l’école primaire. Ces parents estiment que leurs enfants auront ainsi plus de chance de se trouver un gagne-pain dans un milieu majoritairement francophone comme celui de Québec.

Or, selon Stephen Burke, le réseau anglophone forme des jeunes qui sont bilingues.  Des perles rares pourtant tant recherchées par les entreprises. Des perles rares qu’elles laissent pour compte et qui s’en iront éventuellement ailleurs au Canada ou aux États-Unis. «C’est un devoir de les informer sur les opportunités de carrière, comme les employeurs le font pour les jeunes du réseau scolaire francophone.»

«Au sein de la communauté anglophone de Québec, nous sommes tous bilingues. Ne cherchez pas un ghetto anglophone dans la capitale. Ce n’est pas vrai que nous parlons seulement l’anglais. Un peu plus de 90 % de nos 4800 élèves à la Commission scolaire Central Québec ont un parent francophone.»

Stopper l’exode

Cette réalité, selon Stephen Burke, est méconnue de la part des entreprises de la région de Québec. Il reconnaît d’emblée que la commission scolaire pourrait en faire davantage pour valoriser ses élèves auprès des entreprises. «On peut travailler ensemble. On doit travailler ensemble.»

Rares les employeurs qui se pointent le bout du nez à l’occasion de la journée carrière organisée annuellement par la commission scolaire qui administre vingt écoles et centres d’éducation des adultes et de formation professionnelle dans la région de Québec, à Thetford Mines, à Saguenay, en Mauricie, à Chibougamau et à Kawawachikamach sur la Côte-Nord.

Ils sont présents en masse par contre au Collège régional Champlain St-Lawrence, indique le directeur de l’établissement, Edward Berryman. Il faut  ici préciser que la clientèle du cégep anglophone de Québec est composée de 75 % de francophones.

«Moi, si j’étais un employeur à la recherche de personnel bilingue, je me ferais un devoir d’aller voir les jeunes de nos écoles secondaires qui, à cet âge, sont en train de se faire une tête sur leur avenir professionnel. J’irais me faire connaître et commencer à planter des graines. Et, surtout, dire aux élèves qu’ils n’ont pas à quitter Québec pour aller gagner leur vie et qu’ils peuvent y fonder une famille.»

«Vous savez, c’est infiniment triste de voir tous ces jeunes gens bilingues qui quittent la région — et qui ne reviendront vraisemblablement pas — parce que nous n’aurons  pas fait tous les efforts pour les retenir.»

Le Collège régional Champlain St-Lawrence s’entend avec le Cégep de Limoilou et le Cégep de Beauce-Appalaches, deux établissements francophones, pour offrir à compter de la rentrée automnale des cheminements bilingues.

Des cheminements bilingues au collégial

Le Collège régional Champlain St-Lawrence s’allie au Cégep de Limoilou et au Cégep de Beauce-Appalaches, deux établissements francophones, pour offrir à compter de la rentrée automnale des cheminements bilingues.

La formation sera offerte 50 % en anglais par des enseignants de St-Lawrence et 50 % en français par ceux de l’un des deux établissements collégiaux francophones.

Au Cégep de Limoilou, le programme Gestion de commerces proposera un cheminement bilingue. Au Centre d’études collégiales de Sainte-Marie du Cégep Beauce-Appalaches, c’est le programme de Techniques de comptabilité et de gestion qui sera proposé aux étudiants à compter du mois d’août prochain.

«Nous avons suffisamment de participants pour démarrer ces deux initiatives», indique au Soleil le directeur du Collège régional Champlain-St-Lawrence, Edward Berryman.

«Il y a un besoin régional évident pour la main-d’oeuvre bilingue», explique-t-il. «Nous en sommes témoins puisque nos étudiants sont très convoités. Ils sont sous le radar de nombreuses entreprises qui font des pieds et des mains pour les attirer chez elles, soit pour un emploi d’été ou un poste régulier au sein de leur organisation une fois que le jeune aura complété sa formation.»

«Il y a aussi un désir grandissant de la part des jeunes pour développer leurs compétences linguistiques dans la langue de Shakespeare pour éventuellement aller étudier dans une université anglophone. Une bonne maîtrise de la langue anglaise ouvrira une multitude de portes à un jeune.»

Demandes d’admission en hausse

À cet égard, il témoigne que les demandes d’admission à St-Lawrence sont nettement en progression. L’établissement accueille actuellement 950 élèves. Il ne peut en accepter guère plus dans ses installations actuelles sur l’avenue Nérée-Tremblay de l’arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge.

«Ce partenariat avec le Cégep de Limoilou et le Cégep de Beauce-Appalaches nous apparaissait donc une voie intéressante pour répondre aux besoins des employeurs, des jeunes et de notre établissement qui veut poursuivre son développement.»

Au Centre d’études de Sainte-Marie, par exemple, la formation sera axée sur les besoins des entreprises. Le programme est offert en alternance travail-études et prévoit deux stages pratiques en entreprise dans des milieux où l’anglais est requis. Le transport entre Ste-Marie et Québec pour certains cours donnés à St-Lawrence est assuré par le Cégep Beauce-Appalaches.

Au Cégep de Limoilou, un stage pour faciliter l’intégration au marché du travail est prévu à la fin du parcours académique au cours duquel l’étudiant aura développé un vocabulaire d’affaires en anglais. Gilbert Leduc