Les revenus de jeu en ligne enregistrés par Loto-Québec ont plus que doublé en quatre ans.

Jeu en ligne: une mine d'or pour Loto-Québec

Les jeux de casino en ligne sont aujourd’hui une mine d’or pour Loto-Québec. Pour ce type de produit, la société d’État a enregistré des revenus de 55,7 millions $ pour ses trois premiers trimestres de l’année, soit plus que les cagnottes combinées des casinos de Charlevoix et de Mont-Tremblant.

C’est la première fois de son histoire que le jeu en ligne, qui n’inclut pas les jeux de loterie et les paris sur les événements, franchit après 9 mois la barre des 50 millions $. L’an dernier, à pareille date, la marque était de 45,6 millions $, soit une différence d’environ 22 %. 

Si on remonte à l’exercice 2015-2016, les revenus pour les produits disponibles sur Espacejeux.com étaient de 25,6 millions $ pour la même période. Ils ont donc plus que doublé en l’espace de quatre ans.

Rappelons que Québec tente toujours de faire bloquer les sites étrangers de jeux de hasard. Cet été, le gouvernement a porté en appel un jugement de la Cour supérieure qui invalidait un article de loi qui forçait les fournisseurs de services Internet à interdire l’accès aux Québécois à ces sites. 

Plus de 2200 sites comme PokerStars, PartyPoker, 888poker et Full Tilt Poker étaient alors dans la mire de la société d’État. Le dossier est toujours devant les tribunaux.

Si on regarde les résultats pour l’ensemble des catégories de mises sur le Web (jeux de casino, loteries et paris), les revenus totaux ont crû de 32 % (80 millions $) depuis avril.

Achalandage en hausse

«Différentes initiatives entreprises au cours des dernières années expliquent le phénomène», indique au Soleil le directeur des affaires publiques, Patrice Lavoie. «Notamment, l’actualisation de lotoquebec.com qui a permis d’améliorer l’expérience utilisateur et de rendre le site beaucoup plus convivial tout en offrant une belle porte d’entrée pour tous les produits de Loto-Québec. Notre offre de casino en ligne est également très dynamique, avec des nouveautés régulières et des jeux exclusifs. L’augmentation de l’achalandage sur le site est aussi un élément qui explique la hausse», poursuit-il.

Vendredi, Loto-Québec a dévoilé les résultats financiers pour son troisième trimestre. Le Casino de Charlevoix et le Casino de Mont-Tremblant ont respectivement enregistré des revenus de 34,6 millions $ et 15,3 millions $.

Sans surprise, c’est toujours le Casino de Montréal qui trône au sommet dans les rapports financiers (388,2 millions $), suivi du Casino du Lac-Leamy (204,2 millions $).

Pour le Salon de jeux de Québec (36,8 millions $) et le Salon de jeux de Trois-Rivières (12,7 millions $), les résultats sont également à la hausse. 

L’établissement de la Capitale-Nationale, situé dans le centre commercial Fleur de Lys, a notamment été plus lucratif que le Casino de Charlevoix. 

Entre le 1er avril et le 31 décembre, 525 396 personnes ont franchi les portes du Salon de jeux, comparativement à 517 577 visites pour la même période l’an dernier. Quant au bénéfice d’exploitation, il a grimpé de 17,8 %. Il est passé de 23,9 millions $ à 28,2 millions $. 

Il s’agit de données intéressantes alors que le gouvernement de la CAQ envisage toujours de déménager et de bonifier cet établissement. Cet automne, Loto-Québec a commandé une étude d’opportunité afin de déterminer un nouvel endroit.

Après trois trimestres, Loto-­Québec a généré un résultat net de 1,12 milliard, en hausse de 10 %, et les revenus ont grimpé à 2,17 milliards (7,8 %). Il faut dire que ces trimestres comptent six jours de plus que la même période de l’exercice précédent.

«À la lumière de nos résultats positifs, nous pouvons affirmer être en voie d’atteindre notre cible annuelle de résultat net, fixée à 1,261 milliard $, et ainsi remettre le dividende attendu au gouvernement», a indiqué la présidente et chef de la direction de Loto-­Québec, Lynne Roiter.