Huit des neuf actionnaires de la microbrasserie Le Ketch. Première rangée: Geneviève Fortin, Joëlle Choquette et Iouri Philippe Paillé. Deuxième rangée: Chloé Giguère-Gascon, Jean-François Fortin, Junior Louis et Gabriel Meunier.

Jean-François Fortin, de la politique à la bière

SAINTE-FLAVIE – Comme s’il n’avait pas assez d’être maire de Sainte-Flavie, professeur de science politique au Cégep de Rimouski et père de quatre enfants, l’ex-député fédéral Jean-François Fortin se lance en affaires. Avec huit membres de sa famille, il a ouvert, vendredi, une nouvelle microbrasserie artisanale aux portes de la région touristique de la Gaspésie: Le Ketch.

Qui n’a pas déjà entendu que c’est autour d’une bonne bière que se brassent les bonnes idées et qu’on peut refaire le monde? Pour l’ancien député bloquiste de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia de 2011 à 2015, la ligne est mince entre la politique et une microbrasserie. «La politique, pour moi, c’est de partager, explique M. Fortin. C’est aussi ça, une microbrasserie; c’est un lieu de rencontres et c’est là que naissent les projets. On veut offrir aux gens un lieu de rassemblement.»

À l’automne, les cuves débarqueront dans l’établissement afin que le brasseur, Nicolas Ross, puisse fabriquer les bières artisanales du Ketch. Pour l’instant, la carte de l’établissement propose des bières et plusieurs spiritueux de l’Est-du-Québec. «Dans la région, on a des produits de qualité, soutient le propriétaire de la microbrasserie. Pourquoi ne pas les mettre en valeur?»

Le Ketch sert aussi de la nourriture de style bistro, que ce soit des acras de morue, des hamburgers ou des saucisses et de la choucroute de la région. «Environ 85 % de nos ingrédients et de nos produits sont locaux», souligne le maire de Sainte-Flavie.

Le Ketch devient la première microbrasserie de La Mitis, qui était la seule MRC du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine à être orpheline d’un tel commerce. «Il y a une fierté des gens de la place d’avoir maintenant leur microbrasserie, ressent M. Fortin. On occupe une niche particulière, en complémentarité avec les autres commerces.»

Le Ketch offre une vue imprenable sur le fleuve, tant de l’intérieur très fenestré que de la terrasse.

Pour donner vie au Ketch, les neuf actionnaires ont acheté une magnifique résidence d’été sur le bord du fleuve, datant de 1908 et qui, au départ, appartenait à la famille Aboussafy. Plus récemment, cette grande maison avait été transformée en restaurant, puis laissée à l’abandon depuis presque huit ans. Le 16 avril, les neuf actionnaires prenaient officiellement possession du lieu. Les rénovations et acquisitions d’équipements ont requis un investissement d’au-delà d’un demi-million $. «On a tout financé nous-mêmes», souligne Jean-François Fortin.

Selon lui, le groupe des neuf vit une véritable histoire d’amour avec l’endroit. «Il a une âme, une tradition, souligne-t-il. On voulait un commerce où on pourrait s’approprier le bord de mer, avec une percée visuelle sur le fleuve et dont le caractère serait maritime.» 

Un ketch est un voilier à deux mâts. D’ailleurs, un vrai ketch construit par le charpentier Albert Audet de Saint-Joseph-de-la-Rive, sur lequel Jean-François Fortin et sa conjointe Chloé Giguère-Gascon ont navigué, est ancré au sol, tout juste devant la microbrasserie. C’est autant d’invitations à entrer au Ketch pour avoir le sentiment de voguer sur un bateau ou pour, de la terrasse, observer le ciel qui embrase la mer au crépuscule.

La microbrasserie Le Ketch est située au 490, route de la Mer à Sainte-Flavie.