Les restaurants Jack Saloon de la haute ville et de Sainte-Foy sont aujourd’hui sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité.

Jack Saloon en difficultés financières à Québec

Les restaurants Jack Saloon de la haute ville et de Sainte-Foy sont en difficultés financières.

Les propriétaires de l’enseigne ont déposé le 31 octobre dernier au syndic Roy, Métivier, Roberge un avis d’intention afin de présenter une proposition à leurs créanciers. Ils ont 30 jours pour le faire.

Ces deux restaurants sont aujourd’hui sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité.

Selon les documents du syndic, consultés par Le Soleil, l’établissement de Sainte-Foy, qui avait ouvert ses portes en 2017, doit 882 382,40 $ à ses 64 créanciers non garantis et 380 574,40 $ à ses créanciers garantis pour un total de 1,26 million $.

La caisse Desjardins du Limoilou (250 000 $) figure parmi les deux créanciers garantis du Jack Saloon de Sainte-Foy. Ce dernier est installé dans la Pyramide. L’autre créancier (130 574,40 $) étant une compagnie à plusieurs numéros appartenant à Sébastien Ménard, l’un des copropriétaires de la chaîne.

Pour l’établissement situé au 1155, rue de la Chevrotière, à proximité de la Grande Allée, le montant des réclamations s’élève à 319 714,56 $.

Parmi les 32 créanciers non garantis, on retrouve notamment La Brasserie Labatt (10 938,88$), le Centre commercial Innovation (la Pyramide, 213 591,18 $), Hydro-Québec (3581,39 $) et Revenu Québec (6551,77 $).

L’enseigne Jack Saloon compte six restaurants, soit deux à Québec, à Trois-Rivières, à Saint-Georges de Beauce, à Laval et à Brossard.

Il n’a pas été possible de savoir vendredi si d’autres restaurants du groupe éprouvaient également des difficultés financières.