Le vice-président des opérations de Groupe Kerry, André Amyot, et le directeur de l'usine de Sainte-Claire, Jérôme Côté

Investissement de 24 M$ du Groupe Kerry à Sainte-Claire

Le Groupe Kerry tient parole et complète un investissement totalisant 24 millions $ à son usine de Sainte-Claire, dans la région de Bellechasse.
Mercredi, la société irlandaise spécialisée dans la production et la commercialisation d'ingrédients et de produits destinés aux industries agroalimentaire et pharmaceutique a annoncé qu'elle injectait une somme de 17 millions $ permettant l'ajout d'une chaîne de production pour répondre à la demande de ses clients, comme Costco, Walmart et le lait Grand Pré par exemple, pour les boissons liquides aseptiques, c'est-à-dire exemptes de toute contamination bactériologique.
Le gouvernement du Québec, par l'entremise d'Investissement Québec, apporte son aide en offrant un coup de pouce de 1,3 million $ au Groupe Kerry.
Cet investissement permettra de consolider 220 emplois et d'en créer 32 autres à l'usine du boulevard Bégin spécialisée dans la production et l'emballage de boissons dans des contenants aseptiques.
Les nouveaux équipements seront en opération à l'automne 2018 et feront grimper la production de 130 à 220 millions de bouteilles par année, a indiqué le vice-président des opérations de Groupe Kerry, André Amyot.
Pas moins de 75 % de la production de l'usine de Sainte-Claire prend la direction des États-Unis.
Au cours des derniers mois, la multinationale - qui compte plus de 23 000 employés et 132 usines dans 19 pays et dont le chiffre d'affaires en 2015 atteignait 9 milliards $ - a déplié 7 millions $ à Sainte-Claire pour adapter l'usine en prévision de l'arrivée du gaz naturel.
Une réalité dans une partie de la région de Bellechasse depuis le début de l'année 2017.
Grâce au gaz naturel
En conférence de presse, André Amyot et la ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches, Dominique Vien, ont convenu que sans l'arrivée du gaz naturel, il n'y aurait pas eu un investissement de cette ampleur de Groupe Kerry à Sainte-Claire. Son argent, la multinationale l'aurait injecté ailleurs dans d'autres usines.
Réunis au sein de la Coalition gaz naturel Bellechasse, les leaders politiques et économiques bellechassois ont mené une offensive, à partir de 2014, en faveur du prolongement du réseau de gaz naturel. Les entreprises ont martelé que l'absence de cette forme d'énergie retardait la concrétisation de projets d'investissement. Le Groupe Kerry, en particulier, menait la charge.
L'huile lourde n'a plus la cote. Trop chère. Trop polluante.
Les entreprises avançaient que la mise en service du gazoduc allait faire débloquer des investissements totalisant 32 millions $.
Or, depuis le début de l'année, le gaz naturel est distribué entre Lévis et Sainte-Claire grâce au prolongement de 72 kilomètres du réseau de Gaz Métro.
«Sur les 32 millions $ dont nous parlions à l'époque pour une trentaine d'entreprises, le Groupe Kerry en investit, à lui seul, 24 millions $. C'est bien parti», a souligné André Amyot en précisant que la venue du gaz naturel allait permettre de réduire de 6000 tonnes les émissions de gaz à effet de serre.
À son avis, la venue du gaz naturel a fait la différence. Tout comme l'aide accordée par Investissement Québec et la performance des employés de l'usine de Sainte-Claire. «Ils ne sont pas dans le top 5 ou dans le top 3. Ils sont les meilleurs parmi les 45 usines de Groupe Kerry en Amérique», a insisté André Amyot.
Cette mobilisation créée autour de la venue du gaz naturel dans Bellechasse, Dominique Vien veut maintenant y recourir pour mener à bon port un dossier important pour les industriels de la Rive-Sud, soit celui de l'établissement d'un troisième lien à l'est de la Ville de Lévis.