Les capteurs développés par Intellinox mesurent l’activité dans les cuisines de restaurants et ajustent la ventilation en fonction des besoins.
Les capteurs développés par Intellinox mesurent l’activité dans les cuisines de restaurants et ajustent la ventilation en fonction des besoins.

Intellinox dans la cour du Moyen-Orient

Isabelle Houde
Isabelle Houde
Le Soleil
Les frontières, très peu pour Intellinox. Les petits capteurs bleus propres à la compagnie de Québec se sont déjà infiltrés dans les cuisines de restaurants partout dans la province et dans le reste du Canada, mais aussi aux États-Unis, dans les Caraïbes, en France, en Allemagne, en Espagne, en Suisse, et même à Dubaï, dans quelques mois.

«Notre produit est une percée mondiale», assure Mario Rousseau, cofondateur d’Intellinox. «Nos compétiteurs sont loin derrière dans le rétroviseur. Nous sommes très agressifs dans notre mode de développement. Notre objectif est d’arriver à une cuisine carboneutre, en terme de ventilation, en 2025», poursuit l’ingénieur. 

Le créneau d’Intellinox est très spécifique. La compagnie a développé une technologie, EcoAzur, qui permet de contrôler automatiquement la ventilation dans les cuisines commerciales et de générer des économies d’énergie, jusqu’à 60 %. 

«La ventilation est vraiment la composante la plus énergivore dans une cuisine de restaurant. La plupart du temps, les hottes fonctionnent à plein régime, peu importe les besoins. Je compare souvent ça à chauffer en laissant la porte ouverte», explique Mario Rousseau. À l’aide d’un système de capteurs et de volets, conçu et produit ici, à Québec, les hottes installées avec la technologie EcoAzur fonctionnent seulement quand le besoin est réellement là. Qui plus est, le système est connecté grâce à l’infonuagique, ce qui fournit des données aux restaurateurs pour mieux gérer leur consommation d’énergie. «Ça donne une cuisine écologique, économique et confortable», précise l’ingénieur, qui œuvre dans le domaine de la restauration depuis 1985.

Depuis les débuts de l’entreprise en 2007, la croissance est au rendez-vous. L’année 2019 en aura été une de transition, avec un déménagement dans de nouveaux locaux à Val-Bélair il y a trois semaines, construits en partie grâce à une subvention de la Ville de Québec. La nouvelle construction comporte maintenant une aile dédiée à la recherche et au développement, qui constitue une part importante des activités d’Intellinox. 

«Le monde est petit»

L’entreprise emploie une vingtaine de personnes, dont 11 sont actionnaires, et compte parmi ses clients locaux Normandin, le Groupe Restos Plaisirs, Harvey’s, Thaïzone et Boston Pizza. L’expansion est aussi particulièrement notable à l’international. «Le monde est petit», image Mario Rousseau. «Les marchés sont accessibles, mais il faut faire l’effort d’y aller et prendre le temps de trouver les bons partenaires. Il faut être patient, ça se bâtit un jour à la fois», poursuit l’ingénieur. 

L’entreprise a d’ailleurs eu la semaine dernière la confirmation d’un premier contrat à Dubaï, qui s’avère «stratégique» pour lntellinox. «Ce contrat sera réalisé dans la première ville intelligente à Dubaï. C’est une opportunité incroyable, ça va nous faire une vitrine pour la suite de notre développement au Moyen-Orient», analyse-t-il.