Montréal a l’ambition de devenir la capitale mondiale de l’intelligence artificielle.

Intelligence artificielle: le Québec et la Belgique vont coopérer

MONTRÉAL — Le Québec et la Belgique vont travailler à mettre l’intelligence artificielle au service des langues, et améliorer leur apprentissage et leur préservation, avec un projet de coopération scientifique basé à Montréal et annoncé vendredi.

L’Université de Montréal (UdeM), l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal (Mila) et l’entreprise belge Altissia ont conclu une entente tripartite à l’occasion du passage dans la capitale économique québécoise du roi des Belges, en visite d’État au Canada.

Pôle de recherche universitaire, Altissia va investir un million de dollars canadiens (650 000 euros) et «mettra des chercheurs à disposition» du projet linguistique qui sera développé au sein du Mila, institut québécois d’intelligence artificielle parmi les plus en pointe dans le monde.

«Les recherches engagées permettront notamment aux étudiant de l’UdeM, qui accueille le Mila sur son campus, d’avoir accès à des outils linguistiques uniques» tel que le traitement automatique du langage, la neuroscience ou l’intelligence artificielle, selon un communiqué.

«Ces outils linguistiques et pédagogiques uniques s’utiliseront de manière transversale et ce, dans toutes les disciplines permettant aux élèves l’apprentissage d’une ou plusieurs langues en fonction du profil, des désirs et des disciplines d’une personne», est-il expliqué.

En cela, les chercheurs québécois et belges visent à protéger «toutes les langues et cultures du monde grâce à un accès facilité à leur apprentissage».

Montréal a l’ambition de devenir la capitale mondiale de l’intelligence artificielle.

Près d’un milliard de dollars y ont récemment été annoncés par le gouvernement fédéral et une coalition de 120 entreprises et instituts de recherches afin de développer un «super-cluster» devant lier intelligence artificielle et chaînes d’approvisionnement.

Facebook, Google, Microsoft ou encore Thalès ont investi dans des startups locales ou ouvert des laboratoires dans ce domaine ces derniers mois.

Le roi Philippe de Belgique et son épouse Mathilde clôturaient vendredi la première visite d’État au Canada de souverains belges depuis 1977.