Pour soutenir ces projets, la compagnie d’assurance québécoise injectera 2 millions $. Une trentaine d’étudiants de la Faculté des sciences et de génie de l’Université Laval mettront leur talent à contribution.

Intact injecte 2M$ pour la création de chaires de recherche

Devant la croissance du nombre de joueurs étrangers dans le domaine de l’assurance en sol canadien, l’Université Laval et Intact Corporation financière créent deux nouvelles chaires de recherche pour accélérer le développement dans les domaines de l’intelligence artificielle et de l’actuariat.

Vendredi, en point de presse, les deux organisations ont annoncé conjointement la création de la Chaire de recherche industrielle CRSNG - Intact Corporation financière sur l’apprentissage automatique en assurance et la Chaire de leadership en enseignement (CLE) en analyse de données massives pour l’actuariat - Intact.

«Chez Intact, nous tirons parti de l’intelligence artificielle pour concevoir des produits et des services performants pour les clients et nous voulons devenir la référence mondiale du secteur de l’assurance dans ce domaine», indique par voie de communiqué Charles Brindamour, chef de la direction d’Intact Corporation financière.

Pour soutenir ces projets, la compagnie d’assurance québécoise injectera 2 millions $. Une trentaine d’étudiants de la Faculté des sciences et de génie de l’Université Laval mettront leur talent à contribution.

« Ce partenariat vise à former les actuaires et les scientifiques de données de demain, à développer des produits à la fine pointe de la technologie, et à positionner le Québec et le Canada comme des chefs de file en apprentissage automatique et en intelligence artificielle», note M. Brindamour.

Les Chaire de recherche profiteront d’un financement total d’environ 6,5 M$, grâce, entre autres, à une contribution financière de 2,1 millions $ du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada. 

Quant à la CLE, les recherches serviront notamment à améliorer la capacité d’analyse des données massives des actuaires et des sociétés d’assurance. 

«Le nouveau paradigme des données massives crée des possibilités sans précédent pour les sociétés d’assurance : une meilleure segmentation des profils clients, une estimation plus précise du coût réel des produits pour une tarification améliorée, un suivi étroit de la satisfaction des clients, etc.», énumère Marie-Pier Côté, professeure adjointe à la Faculté des sciences et de génie et titulaire de la CLE.