Julie Daigle, d’AG-Bio Centre accompagne les fondateurs d’Innodal, François Bédard et Laurent Dallaire

Innodal: la protection alimentaire sans produit chimique

Le Laboratoire Innodal n’a que 18 mois d’existence, mais l’avenir est grand ouvert pour la jeune entreprise avec son innovation composée d’agents antimicrobiens naturels pour éliminer les contaminations microbiologiques des aliments.

Si l’on en croit les deux cofondateurs Laurent Dallaire et François Bédard, c’est le début de la fin des agents de conservations chimiques. Leurs produits sont d’origine naturelle et éliminent spécifiquement les mauvaises bactéries telles que la listeria, la salmonelle et les E-Coli.

Plus encore, leurs recherches montrent que leur découverte pourra éliminer l’usage des sulfites et autres produits chimiques dans les charcuteries et les autres produits de viande transformée.

Même les entreprises spécialisées dans les désinfections pourraient bénéficier des découvertes brevetées d’Innodal que ce soit les lingettes, les produits pour nettoyer les mains dans les hôpitaux, même dans les productions laitières pour nettoyer le pis des vaches et les trayeuses.

Il n’y a rien de semblable dans le monde actuellement. Un premier procédé a obtenu le feu vert de Santé Canada. Un autre est en voie d’approbation. Par la suite, les jeunes entrepreneurs feront un détour vers les États-Unis pour que la Food and Drug Administration (FDA) approuve leurs produits sur le marché. Il ne restera qu’à conquérir le monde d’ici deux ans.

Déjà, ils ont répondu à l’appel du Fumoir Grizzly pour protéger leur production de saumon fumé. D’autres entreprises regardent leur progrès avec grand intérêt.

«Notre objectif est d’assurer la sécurité alimentaire de la chaîne de production jusque dans l’assiette», explique Laurent Dallaire. Mieux encore, leur découverte, contrairement aux antibiotiques utilisés à toutes les sauces dans les aliments ou dans les produits de nettoyage, ne cause aucune résistance.

Armes des bactéries

Au début de la production de ces probiotiques, le laboratoire travaillait dans la fermentation des bonnes bactéries, mais le chimiste François Bédard a découvert comment synthétiser les armes des bactéries pour combattre les contaminations. La production des anti pathogènes est beaucoup plus rapide.


Alors que les deux scientifiques travaillaient à leur invention, ils ont eu l’aide de l’incubateur AG-Bio Centre non seulement pour le côté développement technique, mais surtout pour l’organisation de leur plan d’affaires, le marketing et le financement de leurs projets.

Pour Julie Daigle, directrice du développement des affaires chez Ag-Bio Centre, «Innodal, c’est la superstar dans les jeunes entreprises dans l’agroalimentaire».

Laurent Dallaire affirme que la force d’Innodal vient de sa capacité à répondre à un besoin d’un producteur d’aliments en travaillant de concert du début à la fin de la chaîne de production. Ce n’est pas une simple poudre utiliser, mais un procédé qui fait partie d’un nouveau mode pour assurer la sécurité des aliments.