Karl Blackburn, directeur principal, Affaires publiques et relations gouvernementales chez Produits forestiers Résolu.

Industrie forestière: Résolu et Arbec lancent un ultimatum à Québec

L'heure est grave pour l'industrie forestière sur la Côte-Nord. Deux de ses principaux acteurs, Résolu et Arbec, viennent de lancer ultimatum au gouvernement. Si des mesures spéciales d'aide à la récolte ne sont pas entrées en vigueur d'ici une semaine, ils mettront fin à leurs opérations forestières dès le 22 juin.
«On doit composer avec une situation unique sur la Côte-Nord et le gouvernement doit avoir le courage de prendre des mesures qui refléteront la valeur marchande réelle des bois sur la Côte-Nord», a lancé le directeur principal aux affaires publiques chez Résolu, Karl Blackburn. «Si rien ne bouge d'ici le 19 juin, on va sortir notre machinerie de la forêt le lundi suivant.»
En plus de devoir ériger de nombreux ponts, récolter leur bois dans des pentes fortes et circuler par des chemins sinueux, éléments qui augmentent déjà considérablement le coût de la fibre, les industriels doivent composer avec l'épidémie de tordeuse des bourgeons de l'épinette, qui a ravagé jusqu'ici plus de trois millions d'hectares de sapin et d'épinette dans la région. Québec a déjà présenté des mesures d'aide pour récolter ces bois affectés, mais l'industrie a été unanime à dire qu'elles étaient nettement insuffisantes.
«Il y a des emplois en péril parce qu'on se bute à un ministère [des Forêts, de la Faune et des Parcs] qui ne veut pas reconnaître l'unicité de la Côte-Nord, jumelée à l'épidémie», a ajouté le porte-parole. Selon M. Blackburn, l'industrie forestière sur la Côte-Nord procure 1700 emplois directs et 2700 indirects, emplois tous menacés à terme par la crise actuelle.
Les élus de la Côte-Nord ont eu droit «à un portrait assez sombre» de la forêt nord-côtière jeudi avec une présentation des industriels, a expliqué M. Blackburn. En réponse, mairesses et maires nord-côtiers lancent un cri d'alarme au gouvernement.
La présidente de l'Assemblée des MRC de la Côte-Nord, Micheline Anctil, demande au premier ministre Philippe Couillard d'intervenir directement, «car après plusieurs signaux envoyés par les élus, les industriels et les syndicats au ministre Laurent Lessard, rien de significatif n'a été mis en place pour résoudre la crise qui perdure», a-t-elle laissé savoir.
Si Produits forestiers Résolu met sa menace à exécution, les opérations à la scierie des Outardes se poursuivront jusqu'à ce que l'inventaire de bois coupé soit épuisé. Karl Blackburn évalue que la fermeture de la scierie pourrait se faire à la mi-septembre. La fin des opérations à l'usine de papier journal de Baie-Comeau surviendrait quelques semaines plus tard.