En raison de déficits, le Massif de Charlevoix fermera cette saison la piste Charlevoix, le chalet de la base et la remontée Maillard Express.

Il y aura du ski: les syndiqués du Massif évitent le lock-out

«C'est pour la région, pas pour [Daniel] Gauthier.» Voilà comment les syndiqués de la station de ski du Massif résument leur vote en faveur de la recommandation de la conciliatrice, évitant le lock-out brandi par l'employeur.
Il y aura donc du ski à la montagne de Petite-Rivière-Saint-François pour le reste de la saison 2014. Vendredi soir, 127 syndiqués ont fait fi de la tempête de neige et ont voté dans une proportion de 74 % pour la proposition de la médiatrice. Du coup, l'ultimatum de la direction du Massif, qui menaçait de fermer la station lundi, est levé.
La cote de popularité du promoteur et fondateur du Groupe Le Massif, Daniel Gauthier, n'est toutefois pas à l'image du vote. «C'est pas pour [Daniel] Gauthier qu'on l'a fait. Nous avons souvent parlé du mépris que nous ressentions et du manque de respect. Il y avait des problèmes à la station qui seront encore là demain», réagit le président du Syndicat des salariés du Massif de Petite-Rivière-Saint-François, Sylvain Guay, en paix avec l'issue choisie.
«On va être capable de vivre avec cette convention collective là et nous allons travailler pour la faire respecter, ce qui n'est pas toujours évident ici. Le gros défi maintenant est à l'employeur. C'est à lui de mobiliser ses troupes et de redonner confiance aux employés.»
Les syndiqués sont «sereins, ont gardé leur fierté et leur amour de la montagne», constate pour sa part Ann Gingras, présidente du conseil centrale de la CSN pour Québec-Chaudière-Appalaches. «Ils ont voté en pensant aux clients, à leur famille et à la montagne. Ils ont voté pour Charlevoix.» Ils repartent donc avec un nouveau contrat de travail de six ans et 11,5 % d'augmentation salariale, ainsi que certains gains du côté notamment des congés et des fournitures de travail.
Le Massif a salué la décision des syndiqués par voix de communiqué. «Nous avons toujours mentionné que l'adhésion de nos employés était essentielle pour faire de ce projet majeur un succès et un élément de fierté. [...] Maintenant que les négociations sont terminées, nous allons déployer tous les efforts nécessaires afin que notre climat de travail soit des plus sereins, agréable à la fois pour nos employés et pour notre clientèle», a fait savoir le président fondateur, Daniel Gauthier.