Pour l'heure, plus d'un million de nouveaux compteurs ont été installés dans la région de Montréal. Au moins 2000 avis de refus d'installation de la part de citoyens ont été signifiés jusqu'à maintenant à Hydro-Québec.

Hydro-Québec peut augmenter ses tarifs de 4,3 % le 1er avril

La Régie de l'énergie donne le feu vert à Hydro-Québec pour qu'elle augmente ses tarifs d'électricité résidentiels de 4,3 % le 1er avril prochain.
<p>Exemples de hausses de la facture par mois</p>
<p>La hausse décortiquée</p>
Hydro-Québec souhaitait une hausse de 5,8 % ce printemps. La Régie de l'énergie a plutôt opté pour une augmentation de 4,3 %.
Cette nouvelle majoration fera donc augmenter la facture d'électricité d'environ 95 $ par année pour le propriétaire d'une maison moyenne et de 120 $ pour le propriétaire d'une grande maison.
Jeudi, chez Hydro-Québec, personne n'a voulu commenter la décision. Selon les estimations de la société d'État, l'impact mensuel de cette hausse sera de 2,21 $ pour la facture d'électricité d'un logement de type 5 et demi, de 5,49 $ pour une petite maison, de 7,78 $ pour une maison moyenne et de 9,99 $ pour une grande maison.
Dans son jugement de 224 pages rendu public jeudi, le tribunal réglementaire soutient qu'Hydro-Québec pourra récupérer avec cette hausse de 4,3 % des revenus additionnels de 418 millions $ dans ses coffres pour l'exercice financier 2014-2015.
Ces revenus pourront ainsi compenser pour des dépenses supplémentaires liées essentiellement à l'entrée en service de nouveaux parcs éoliens (+ 2,7 %), l'indexation du prix de l'électricité patrimonial (+ 0,8 %) et la hausse du taux de rendement sur les capitaux propres reconnus (+ 1,4 %).
La clientèle industrielle (qui bénéficie du tarif L) verra également ses tarifs progresser de 3,5 % le 1er avril.
Dans sa décision, la Régie dit avoir révisé à la baisse certaines dépenses d'Hydro-Québec du côté des coûts liés notamment à la croissance de la demande.
Au cours de la prochaine année, Hydro-Québec Distribution prévoit encaisser des revenus de 11,3 milliards $. Son taux de rendement a été fixé à 8,2 %.
Le plan d'affaires du distributeur prévoit aussi des dépenses de 135 millions $ pour la réalisation du Plan global en efficacité énergétique (PGEE), en baisse de 46 millions $. De cette somme, 33 millions $ ont été réservés à la clientèle résidentielle et 74 millions $ à la clientèle d'affaires.
Déception
Chez Option consommateurs, on soutient que la prochaine hausse en sera une de trop, notamment pour les ménages à faibles revenus. «Ces ménages vont avoir encore plus de mal à respecter leurs obligations», a fait savoir jeudi la conseillère budgétaire Lisanne Blanchette.
Option consommateurs rappelle que 40 000 ménages ont été débranchés en 2012 parce qu'ils n'étaient pas en mesure de payer leur facture d'Hydro-Québec.
À l'Union des consommateurs (UC), on soutient que l'essentiel de cette nouvelle hausse est attribuable à une série de mauvaises décisions politiques.
«S'il n'y avait pas eu de commandes politiques pour des éoliennes, nous n'aurions pas cette forte augmentation. On utilise de plus en plus les tarifs d'électricité à des fins autres que pour payer les montants nécessaires à la prestation des services», a signalé l'analyste en énergie, Marc-Olivier Moisan-Plante.
De son côté, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) a déploré que les PME du Québec allaient subir leur plus importante hausse de tarifs depuis 10 ans.
«Quand on sait que les propriétaires de PME paient davantage pour leur électricité que les autres catégories de consommateurs et devant l'état actuel de l'économie, il est préoccupant de constater que des hausses aussi importantes devront être absorbées par les entreprises», a indiqué la vice-présidente de la FCEI, Martine Hébert.