Hydro-Québec continuera d’offrir des dons et commandites d’environ 19 millions par année, mais a décidé, après mûre réflexion, de réorienter son engagement social.

Hydro-Québec coupe pour sept millions de $ de dons et commandites par année

MONTRÉAL — Une révision de la politique de dons et commandites d’Hydro-Québec sème l’inquiétude dans les milieux de la santé, de l’éducation et des sports, qui seront privés d’aide financière totalisant 6,9 millions par année.

Selon ce que Le Devoir a appris, des dizaines d’organisations ont été informées au cours des derniers jours qu’elles perdront ce financement. Des fondations d’hôpital et d’université, des cégeps, des écoles secondaires et des fédérations sportives seront privés de ces fonds qui allaient par exemple à des bourses d’études, à l’achat d’équipement médical ou à l’organisation d’événements comme les Jeux du Québec.

Hydro-Québec continuera d’offrir des dons et commandites d’environ 19 millions par année, mais a décidé, après mûre réflexion, de réorienter son « engagement social «. La société d’État appuiera désormais en priorité les organismes voués à la lutte contre les gaz à effet de serre, au développement économique des régions - y compris les chambres de commerce, les festivals et les organismes culturels - et à la lutte contre la pauvreté.

La nouvelle directive d’engagement social d’Hydro-Québec n’a pas du tout pour objectif de faire des économies, assure Maxence Huard-Lefebvre, porte-parole de la société d’État.

Selon Le Devoir, des sources à l’interne ont indiqué que cette nouvelle façon de faire a donné lieu à de vifs débats au sein de la société d’État. Des organisations recevaient de l’aide financière depuis des décennies. Chez Hydro, certains voulaient continuer d’appuyer des organismes qui jouent un rôle crucial, notamment en santé et en éducation. Surtout que les chambres de commerce restent parmi les bénéficiaires des dons de la société d’État.