À Paramonovo, Honco a construit le complexe d'entrainement de bobsleigh.

Honco a gagné ses galons... jusqu'à Sotchi!

Les 350 employés de Honco seront rivés à leur écran de télévision à l'occasion des compétitions olympiques de bobsleigh. D'ailleurs, les futurs médaillés de ce sport casse-cou leur devront une fière chandelle au moment où ils grimperont sur le podium.
En effet, c'est Honco, une entreprise spécialisée dans la conception, la fabrication et l'installation de structures d'acier, qui a décroché le contrat, il y a deux ans, pour la construction du complexe d'entraînement de bobsleigh à Paramonovo, une station de sports d'hiver située à une soixantaine de kilomètres au nord de Moscou.
«Le défi était grand puisque nous n'avions jamais construit un équipement du genre», raconte Carole Lacasse, directrice des ventes et du marketing de l'entreprise de Lévis fondée par son père, Paul.
«Nous avons été sollicités pour la construction d'autres équipements sportifs destinés à la tenue de compétitions olympiques, mais nous avons décidé de concentrer nos énergies sur le complexe d'entraînement de bobsleigh, un bâtiment de 2600 mètres carrés pour lequel nous avions le mandat de réaliser l'ingénierie de conception, la fabrication et la supervision de l'installation de la structure d'acier.»
Dix millions $ en exportation
La Russie n'est pas une terre inconnue pour Honco qui réalise des projets en Amérique du Nord, en Europe, en Asie et en Afrique.
«Nous travaillons en Russie depuis 2002 et la valeur de nos expéditions atteint 10 millions $ par année. Nous y construisons des stades de soccer, des patinoires couvertes et des bâtiments pour les minières. C'est un territoire qui est important et qui est en pleine croissance. Si, dans plusieurs pays européens, les investissements dans les infrastructures ont ralenti en raison de la crise économique, ce n'est pas le cas en Russie», fait remarquer Mme Lacasse.
Travail acharné
Elle insiste pour dire que Honco a travaillé d'arrache-pied pour faire sa place sur le marché russe. «Nous avons participé à des missions commerciales et à des grandes expositions réunissant les joueurs de l'industrie de la construction. Nous avons réussi à bâtir un solide réseau de partenaires.»
Dans un marché où la concurrence est sans pitié, Honco se démarque par son modèle d'affaires.
«L'enveloppe du bâtiment est fabriquée ici. Le tout est ensuite expédié en Russie par conteneur. Sur place, nous avons formé des travailleurs pour monter les structures. Le travail se fait donc rapidement et sans le recours à une main-d'oeuvre ultraspécialisée.»
Pour déjouer la barrière linguistique, Honco a engagé une personne-ressource sur place dès son arrivée en territoire russe en 2002.
Au bout de quelques années, cette employée d'origine russe est venue s'installer à Lévis, où elle assure le lien avec les clients et les partenaires de l'entreprise et en sollicite de nouveaux par l'entremise de ses nombreux contacts.