Président et chef de la direction depuis octobre 2009, Marc Parent, a vu sa rémunération globale progresser de 6,5 %, à 6,93 millions $.

Hausse de la rémunération pour les principaux hauts dirigeants de CAE

MONTRÉAL — La rémunération globale des cinq principaux membres de la direction de CAE a été de 17 millions $ l’an dernier, pour un exercice où le spécialiste des simulateurs et de la formation a généré des revenus records en plus d’accroître ses profits.

Il s’agit d’une croissance de 15,9 % par rapport à l’année financière précédente.

Ces informations entourant la rémunération totale — qui combine des éléments comme le salaire de base, les primes ainsi que les contributions aux régimes de retraite — figurent dans la circulaire de sollicitation envoyée aux actionnaires de la CAE en vue de son assemblée annuelle prévue le 14 août, à son siège social montréalais.

Pour l’exercice 2018 terminé le 31 mars, la multinationale québécoise a généré un bénéfice net de 347 millions $, ou 1,29 $ par action, en progression de huit %, tandis que son chiffre d’affaires a été de 2,83 milliards $.

Président et chef de la direction depuis octobre 2009, Marc Parent, a vu sa rémunération globale progresser de 6,5 %, à 6,93 millions $. Son salaire de base est passé de 924 233 $ à 961 200 $, alors que sa prime annuelle a légèrement fléchi, à 1,7 million $.

La progression de son salaire total s’explique également par la progression de la valeur de ses attributions sur des actions, ses options, ainsi que la valeur de son régime de retraite. M. Parent a aussi reçu une «autre rémunération» de 175 114 $.

Gene Colabatistto, qui dirige les activités de défense et de sécurité de CAE, a obtenu la deuxième rémunération globale la plus élevée, à près de 4 millions $, par rapport à 3,1 millions $ l’année précédente. Cette augmentation est essentiellement attribuable à la hausse de valeur de ses attributions sur des actions ainsi que de ses options.

Le spécialiste des simulateurs et de la formation risque également d’accueillir un nouveau membre dans son conseil d’administration, puisque le général à la retraite Norton Schwartz est candidat à un siège dans le cadre de l’élection.

Âgé de 66 ans, celui qui siégeait au conseil de la division américaine de CAE a notamment été chef d’état-major de l’armée de l’air américaine de 2008 à 2012.

Depuis le 22 juin, quelque 475 travailleurs représentés par Unifor aux installations montréalaises de l’entreprise ont déclenché une grève puisque les négociations visant à renouveler leur contrat de travail n’avaient pas abouti. Ceux-ci devaient toutefois voter sur une entente de principe, lundi, dans le cadre d’une assemblée qui doit débuter en fin d’après-midi.

CAE compte plus de 8500 employés à l’échelle mondiale, répartis dans 160 emplacements et centres de formation à travers 35 pays.