La foreuse louée par Pétrolia, à Gaspé depuis deux ans, a commencé à forer mardi.

Haldimand n° 4: nouveau départ dans la controverse

Le forage Haldimand n° 4 de Pétrolia à Gaspé, un projet de 7,5 millions $, démarre sur fond de controverse, après deux ans d'attente. Des citoyens se sont plaints qu'un camion se soit servi en eau à même une borne-fontaine de la municipalité à plusieurs reprises avant de se diriger vers le forage.
Le comité Ensemble pour l'avenir durable du grand Gaspé a sonné l'alarme. «Les gens de Gaspé paient des taxes pour filtrer et distribuer l'eau potable, dit sa présidente, Lise Chartrand. Ce n'est pas acceptable que ça serve à un forage pétrolier.»
En fait, Pétrolia prélève l'eau destinée à concocter sa boue de forage dans un puits à même son site. C'est un de ses fournisseurs locaux qui s'est approvisionné à la borne-fontaine pour l'eau potable destinée aux travailleurs.
La Ville de Gaspé a signifié son désaccord à Pétrolia. «Sachant cela, nous avons averti le fournisseur de prendre l'eau ailleurs», indique une porte-parole par courriel.
Pétrolia aura besoin de 300 000 litres d'eau pour ses boues de forage. Cette quantité équivaut à la consommation domestique de 750 Québécois moyens pendant une journée.
Le forage de 7,5 millions $ se réalise en partenariat avec Québénergie, une filiale de la française SCDM. «Advenant la confirmation du potentiel commercial de ce gisement, ce projet pourrait permettre à la région de Gaspé de se propulser en avant sur le plan économique», a déclaré par communiqué le président-directeur général, Alexandre Gagnon.
Haldimand n° 4 sera d'une longueur totale de 2650 mètres. Il sera dévié à l'horizontale à partir de 500 mètres de profondeur.
Pétrolia attendait depuis la fin de 2012 de pouvoir démarrer Haldimand n° 4, retardé par l'adoption d'un règlement municipal qui empêchait tout forage à moins de deux kilomètres d'une source d'eau potable. En juillet, Québec a adopté un règlement qui diminue cette distance à 500 mètres. Haldimand n° 4 est à 800 mètres d'une source d'eau potable et à 350 mètres de maisons.