Maripier Tremblay, professeure agrégée à la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval, a veillé à l'implantation de l'Académie de la relève entrepreneuriale CDPQ.

«Gros panier-cadeau» pour jeunes entrepreneurs

Dix jeunes entrepreneurs issus de l'Université Laval ont croisé sur leur route, cette année, le père Noël bien avant le 25 décembre.
«C'est un gros panier-cadeau d'une valeur inestimable - au moins de plus de 20 000 $ - qu'ils reçoivent pour les aider à mettre au monde une entreprise d'envergure internationale», signale Maripier Tremblay, professeure agrégée à la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval et titulaire de la Chaire en entrepreneuriat et innovation.
L'Académie de la relève entrepreneuriale CDPQ, une nouvelle initiative de l'Université Laval et de la Caisse de dépôt et placement du Québec, vient de choisir ses 10 premiers «champions».
Cinq gars. Cinq filles. Tous triés sur le volet.
Les «académiciens» sont à la tête d'une compagnie en démarrage ou en voie de réaliser un projet de transfert de propriété d'une entreprise familiale ou encore sur le point d'intégrer l'actionnariat d'une jeune pousse en pleine expansion.
La plupart d'entre eux sont des rejetons d'Entrepreneuriat Laval, l'accélérateur d'entreprises universitaires qui s'est classé le premier au monde l'an dernier, selon UBI Global, un organisme de recherche international basé à Stockholm et spécialisé dans l'analyse comparative d'incubateurs et d'accélérateurs d'entreprises universitaires.
«L'Académie de la relève entrepreneuriale apporte une couche supplémentaire à l'accompagnement déjà offert par Entrepreneuriat Laval», explique Maripier Tremblay qui a veillé à l'implantation du programme. «La contribution de la Caisse de dépôt et placement permet d'aller beaucoup plus loin encore.»
Précieux conseils
L'Académie de la relève entrepreneuriale marque aussi l'engagement d'à peu près tout ce qui bouge et respire dans le paysage économique de la région de Québec en faveur de l'émergence des compagnies affichant des perspectives internationales et de jeunes entrepreneurs prometteurs et ambitieux.
Pendant un an, ils bénéficieront des bons conseils des enseignants de la Faculté des sciences de l'administration et des experts de l'incubateur d'entreprises technologiques Le Camp. Ils collaboreront avec l'équipe des Missions commerciales de l'Université Laval pour apprendre les rudiments du commerce international. Ils séjourneront à l'École d'entrepreneurship de Beauce. Ils bénéficieront d'une partie de l'accompagnement offert aux entrepreneurs plus aguerris par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec par le biais de l'Institut du mentorat entrepreneurial de Québec. Et ils pourront tester leur capacité de vendre leurs produits ou leurs services aux investisseurs avec les dragons financiers d'Anges Québec.
De plus, la première cohorte sera parrainée par un dirigeant d'une entreprise de Québec en forte expansion sur les marchés internationaux, soit Louis Laflamme d'Opsens.
«Nos académiciens, nous voulons les chouchouter et leur offrir le maximum d'outils pour leur permettre d'aller le plus loin possible.»
«L'appui aux nouvelles générations d'entrepreneurs est au coeur des actions de la Caisse», a déclaré Michèle Boisvert, première vice-présidente, Rayonnement des affaires de la Caisse. «Nous sommes convaincus que les entreprises innovantes à fort potentiel assureront la prospérité économique du Québec de demain. Il est donc essentiel de les accompagner dans leur développement et c'est exactement avec cet objectif en tête qu'a été créée l'Académie de la relève entrepreneuriale CDPQ.»
Les membres de la première cohorte sont Mathieu Champagne (Bliq Photonique), Mylène Cusson (Kanevas), Marie-Hélène David (Kanevas), Nicolas Gouin-Fontaine (Ürbwa), Noémi Harvey (Allcovered), Charles Richard (Arcbees), François Therriault-Proulx (MedScint), Alexandre Toulouse (ANA), Marie-Ève Vachon (Bleu & Bon) et Maude Verstraete (Meubles Arboit et Poitras).