Les cochers devront cesser leur piquetage à minuit samedi soir, alors qu'ils demandaient de retourner au travail à partir de lundi matin.

Grève des cochers: retour au travail imposé dès dimanche

Le Vieux-Québec retrouvera l'ensemble de ses calèches dimanche, après un peu plus d'une semaine de grève des cochers de la Nouvelle-France.
La quarantaine d'employés, qui se sont syndiqués en novembre, sont en grève générale illimitée depuis le 30 août.
L'arbitre nommé cette semaine par la ministre du Travail Agnès Maltais s'est toutefois rangé aux arguments de l'employeur, qui réclamait un retour rapide de ses cochers dans les rues du Vieux-Québec. Les cochers devront cesser leur piquetage à minuit samedi soir, alors qu'ils demandaient de retourner au travail à partir de lundi matin.
«On va respecter la décision»
«On aurait aimé continuer notre ligne de piquetage pour forcer la partie patronale à négocier sérieusement. Mais on va respecter la décision de l'arbitre», a commenté Martin Daudlin, conseiller syndical des Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce.
L'arbitre Léonce Roy, qui aura à imposer une première convention collective aux cochers, a aussi estimé vendredi que le fossé séparant les syndiqués et l'employeur était difficile à combler sans la tenue d'au moins trois autres rencontres. Le prochain face-à-face est prévu mercredi.
Le salaire, l'obligation de travailler l'hiver dans des conditions souvent difficiles et les pauses-repas sont les principaux points de litige.
L'entreprise Calèches de la Nouvelle-France détient 14 des 17 permis de calèche de la capitale. Seuls trois cochers d'une autre compagnie desservent la clientèle touristique depuis une semaine.