De gauche à droite : Yanick Piché (concepteur de jeux en chef) , Alexandre Lessard (programmeur en chef ), Daniel Voyer-Lessard (artiste d'environnements ), Ludger Saintélien (directeur UI-UX). La liberté créative, la flexibilité des horaires et la philosophie d'entreprise ont convaincu les vétérans de faire le saut dans le nouveau studio en démarrage dans la capitale.

Gearbox Québec fait le plein de vétérans

Un an après son lancement, le studio Gearbox de Québec a fait le plein d'une cinquantaine d'employés seniors, des vétérans du monde du jeu vidéo ayant en moyenne 12 ans d'expérience.
L'équipe atteint ainsi la moitié de son objectif de créer une centaine d'emplois dans les premières années d'existence de la division de Gearbox Software basée au Texas.
«À certains moments, nous embauchions plus d'une personne par semaine», raconte Pierre-André Déry, directeur créatif du studio. «Nous cherchons encore des employés pour la prochaine année. Notre premier titre original sera annoncé en 2017, probablement au printemps.»
Quatre employés d'expérience, Yanick Piché, Alexandre Lessard, Daniel Voyer-Lessard et Ludger Saintélien, ont raconté que leur passage chez Gearbox leur permettait de développer des jeux triple A (AAA) dans un studio indépendant avec des titres parmi les plus populaires sur consoles et sur PC.
Totalement indépendant
Gearbox Software est un studio totalement indépendant, jamais soumis aux exigences d'actionnaires ou d'un groupe de propriétaires qui réclame des lancements de jeux à des périodes précises de l'année. Le travail doit être bien fait et tout le monde prend le temps de faire de la qualité.
La structure hiérarchique souple fait en sorte que tous les employés du studio de Québec se sentent partie prenante du succès des jeux et du studio. Ce n'est pas un département de marketing ou un groupe d'investisseurs qui se permet de donner des ordres à la production. Chacun se sent responsable.
La liberté créative, la flexibilité des horaires et la philosophie d'entreprise ont convaincu les vétérans interrogés par Le Soleil de faire le saut dans ce nouveau studio en démarrage dans la capitale. «Travailler avec un groupe de personnes d'expérience qui n'ont pas besoin d'être coachées permet de travailler plus rapidement et plus facilement. Tout le monde garde le focus sur les objectifs à atteindre», soulignent les quatre vétérans.
Chacun apporte son bagage d'expérience, ses connaissances, de sorte que chacun se sent complémentaire dans l'équipe, ajoutent-ils. «Les valeurs sont partagées. Les décisions et les orientations sont prises en équipe, sur le plancher. Ce ne sont pas des réunions en petit groupe sur un autre étage. C'est très motivant.»
Développeur de jeux lui-même, le président de l'entreprise texane, Randy Pitchford, venu rencontrer son groupe à quelques reprises cette année, entraîne tout son monde dans la même culture d'entreprise.
«Notre petit groupe peut jouer dans les grandes ligues au plan international», ajoute Pierre-André Déry. «Les standards de qualité sont élevés. Tout le monde prend ses responsabilités sachant aussi qu'ils sont imputables. La barre est haute, mais avec des gens passionnés, il n'y a pas de raison d'être inquiet.»
Le jeu, qui sortirait dans la prochaine année, sera dans l'esprit des créations de Gearbox Software, un jeu de tir original dans la ligne de la série Borderlands et des autres titres.