Frappe en Irak: vers une hausse des prix à la pompe?

CALGARY — Une hausse des cours du pétrole brut dans la foulée de la frappe aérienne américaine en Irak qui a tué un grand général iranien a fait grimper les prix des actions des sociétés énergétiques canadiennes, vendredi, et menaçait d’exercer une pression à la hausse sur les prix du carburant pour les consommateurs canadiens.

Le secteur de l’énergie de la Bourse de Toronto affichait plus tôt dans la séance une croissance de trois pour cent, mais a perdu quelques plumes pour finalement clôturer sur une hausse de 0,8 %.

Entre-temps, le cours du pétrole brut Brent, négocié à Londres, a atteint le sommet de 69,48 $US le baril en cours de séance, avant de clôturer les échanges à 68,59 $US, en hausse de 2,34 $US, soit 3,5 %.

Les actions de plusieurs entreprises pétrolières de Calgary ont enregistré des gains vendredi, incluant celle de MEG Energy, qui a pris 4,2 %, et celle de Canadian Natural Resources, qui a avancé de 0,8 %. Par ailleurs, les titres d’ARC Resources, de Vermilion Energy et de Tourmaline Oil ont pris respectivement 2,9 %, 1,5 % et 1,9 %.

Selon des analystes, l’attaque et les menaces de représailles iraniennes rappellent qu’il existe un risque géopolitique pour le pétrole du Moyen-Orient.

Ils disent ne pas s’attendre à une augmentation immédiate des prix de l’essence à la pompe, mais cela pourrait se produire si les tensions persistent sur une période prolongée.

«Le marché prend la menace d’une escalade militaire au sérieux, en particulier parce que l’administration Trump est imprévisible dans ses actions», explique à l’AFP John Hall, du cabinet Alfa Energy.

Et l’Iran a d’ores et déjà promis de prendre sa «revanche sur l’Amérique criminelle pour cet horrible meurtre».

«L’Iran pourrait bloquer le détroit d’Ormuz, s’emparer des pétroliers ou même les attaquer. Bien entendu, de telles actions susciteraient une réaction rapide de la part de pays tiers et cela pourrait mener à une guerre totale au Moyen-Orient», craint Réda Aboutika, analyste pour le courtier en ligne XTB.

Entre-temps, les actions de sociétés canadiennes de pétrole et de gaz naturel grimpaient à la Bourse de Toronto — notamment celles des producteurs de sables bitumineux MEG Energy et Canadian Natural Resources.

Une attaque de drones contre des installations pétrolières saoudiennes en septembre avait eu un effet similaire à court terme sur le secteur canadien de l’énergie et sur les prix du pétrole. Une reprise s’est cependant manifestée plus rapidement que prévu et les répercussions sur les consommateurs ont été minimes.

Randy Ollenberger, directeur général de la recherche sur les actions pétrolières et gazières de BMO Marchés des capitaux, a signalé certaines craintes de voir une escalade du conflit, ce qui pourrait affecter la production saoudienne ou entraîner des problèmes avec les expéditions de pétrole à travers la région.

«Nous avons vu [le prix du baril de pétrole Brent] à 80 $US la dernière fois, avec une panne relativement brève», a-t-il souligné.

«Si l’Iran faisait une action plus concertée pour perturber la production mondiale, il faudrait envisager des prix plus élevés que cela, auquel cas nous observerions certainement un mouvement encore plus important dans les actions canadiennes.» Avec AFP