Actuellement, lorsqu'un client paye ses achats avec Visa, American Express ou MasterCard, des frais variant entre 1,5 % et 3 % sont imposés aux entreprises par les différents émetteurs de cartes de crédit.

Frais d'utilisation: la FCEI et MasterCard s'entendent

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) vient de remporter une première manche dans la longue bataille entourant les frais d'utilisation des cartes de crédit.
L'organisme a annoncé jeudi avoir conclu une entente avec MasterCard pour répondre aux besoins des petites et des moyennes entreprises (PME). À compter du 3 avril, l'accord offrira aux 109 000 commerçants de la FCEI une réduction de 12,5 % du taux de base des transactions électroniques et jusqu'à 22 % sur certaines cartes privilèges. 
Actuellement, lorsqu'un client paye ses achats avec Visa, American Express ou MasterCard, des frais variant entre 1,5 % et 3 % sont imposés aux entreprises par les différents émetteurs de cartes de crédit.
«L'entente offre à nos membres un accès à des taux de transactions qui tiennent compte du total de leurs ventes combinées, soit plus de 3 milliards $ [avec des cartes MasterCard]», indique Martine Hébert, vice-présidente principale de la FCEI. «C'est un grand pas en avant dans l'industrie des paiements au Canada et une avancée dans les relations entre les sociétés de paiement et les petits commerçants», poursuit-elle.
Bien que le communiqué indique que l'entente s'adresse principalement aux détaillants faisant affaire avec Chase Paymentech, Mme Hébert stipule que tous les membres auront droit aux rabais.
«Les membres qui sont avec Chase Paymentech vont avoir la garantie de percevoir 100 % de l'économie. Puisqu'il s'agit de notre partenaire, nous sommes capables de faire des vérifications, ce qui n'est pas le cas avec d'autres compagnies. Mais peu importe le terminal, MasterCard va offrir le rabais à nos membres», assure-t-elle, notant être également en pourparlers avec Visa pour faire chuter les frais des détaillants.
La vice-présidente précise que cette diminution des frais vient s'ajouter à celles annoncées en 2014 par Visa et MasterCard, «d'environ 10 %».
Répit pour les PME
Pour la propriétaire de Crackpot Café, à Sainte-Foy, il s'agit d'une bonne nouvelle pour les PME, mais également pour les consommateurs.
«Les petites entreprises vont maintenant pouvoir profiter de tarifs offerts aux gros joueurs. Ça fait 19 ans que je suis en affaires et tout ce qu'on fait, c'est d'augmenter les coûts, le salaire minimum, les frais pour les cartes de crédit. On n'a pas le choix d'augmenter nos prix si on veut continuer à faire fonctionner notre entreprise», soutient Geneviève Bolduc Duval, saluant la nouvelle entente, qui va offrir un petit répit au porte-feuille des entrepreneurs.
Le bras de fer entre les émetteurs de cartes de crédit et les commerçants perdure depuis des années. Cet automne, le député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et candidat à la chefferie du Parti conservateur du Canada, Steven Blaney, pressait le gouvernement de Justin Trudeau d'agir sur les frais d'utilisation.
Afin de réduire ses coûts d'exploitation, la Société des alcools du Québec (SAQ) a dernièrement pris comme décision de couper dans les frais d'utilisation des cartes de crédit en n'offrant plus la possibilité aux détaillants hébergeant une agence SAQ de régler leurs commandes d'alcool avec ce moyen de paiement. Le géant américain Walmart a également choisi dans ses magasins au Manitoba de ne plus accepter les cartes de crédit Visa.
Du côté de l'Association des marchands dépanneurs épiciers du Québec (AMDEQ), on déplore le fait que l'offre ne soit réservée qu'aux membres de la FCEI. «Selon nous, les diminutions de taux devraient être réglementées par le gouvernement et non négociées entre les deux partis», note pour sa part le directeur général Yves Servais. 
Le Conseil québécois du commerce de détail n'a pas voulu commenter l'entente.