Après s'être questionné sur la pertinence de la poursuite des activités de Fourrures Falardeau, fondée par son grand-père Roméo en 1938, Christian Falardeau a finalement décidé de repartir en neuf.

Fourrures Falardeau délaisse le Vieux-Limoilou

Fourrures Falardeau ne rouvrira pas ses portes sur la 3e Avenue.
L'entreprise fondée en 1938 continuera sa «cohabitation» avec Tailleur en fourrures Denys qui l'héberge depuis l'incendie qui avait rasé, en janvier 2014, l'immeuble du Vieux-Limoilou. 
Le propriétaire de Fourrures Falardeau, Christian Falardeau, a confirmé au Soleil l'information diffusée, ces dernières heures, par le site Monlimoilou.com. 
«Nous avons plutôt décidé de vendre le terrain et de demeurer en affaires avec Tailleur en fourrures Denys», a indiqué M. Falardeau en soulignant que sa clientèle avait fait preuve d'une belle fidélité dans les circonstances. 
La décision de ne pas reconstruire dans le Vieux-Limoilou s'explique principalement par les difficultés d'obtenir le financement nécessaire. «Les institutions prêteuses nous offraient moins que l'on s'attendait», souligne-t-il.
L'obtention des permis de la Ville de Québec pour reconstruire l'immeuble n'a pas été une sinécure non plus. «Nous avons eu des refus de la part de la Ville. Il a fallu refaire nos devoirs à trois reprises. À un moment donné, ça coûtait cher, les architectes et tout. Nous avons alors décidé d'arrêter le projet et de mettre le terrain en vente.»