La Banque Royale a annoncé un bénéfice net de 2,895 milliards $ au troisième trimestre.

Forte hausse du bénéfice de la RBC

Le chef de la direction de la Banque Royale, David McKay, affirme que l'organisation de prêts «surveille de près» les marchés immobiliers à Vancouver et à Toronto, où les prix des maisons ont grimpé à un rythme effréné.
«La quantité limitée de maisons unifamiliales dans les deux villes - combinée à une forte demande alimentée par la formation de ménages, y compris par l'immigration nette - a propulsé une montée solide des prix», a dit M. McKay en conférence téléphonique, après que la RBC (TSX : RY) eut fait état, mercredi, d'un bénéfice net en hausse de 17 % au troisième trimestre.
Les dirigeants à la Banque Royale, qui ont annoncé un bénéfice net de 2,895 milliards $ au troisième trimestre, ont dû répondre en conférence téléphonique à de multiples questions concernant le portefeuille de prêts hypothécaires de la banque.
Les analystes cherchaient à savoir quels étaient les plans d'urgence de la banque dans l'éventualité d'un déclin marqué des prix des maisons.
Le chef de la gestion du risque, Mark Hughes, a fait valoir le processus «diligent» de la banque dans la vérification des revenus des emprunteurs et a souligné que la banque ne prenait pas part au marché des secondes hypothèques ou à l'offre de prêts hypothécaires à haut risque.
M. Hughes a aussi souligné le fait que 48 % du portefeuille de prêts était assuré, comparativement à 46 % l'année précédente.
En excluant le gain après impôt de 235 millions $ découlant de la vente de la Compagnie d'assurance générale RBC, le bénéfice net de la RBC aurait été de 2,66 milliards $, ou 1,72 $ par action, en hausse de 7 % par rapport à l'année précédente. À la Bourse de Toronto, l'action de la RBC glissait mercredi après-midi de 30 ¢, ou moins de 1 %, à 81,92 $.