L'aéroport de Québec

Fin du monopole d'AvJet à l'Aéroport Jean-Lesage

AvJet n'aura plus le monopole de la vente de carburant à l'Aéroport international Jean-Lesage de Québec.
Harnois Groupe pétrolier, qui fournit déjà le carburant aux avions d'Air Canada et de Pascan Aviation entre autres s'arrêtant dans les aéroports de Saint-Hubert, de Sept-Îles, de Wasbush et des Îles-de-la-Madeleine débute, mardi, l'érection de quatre réservoirs pétroliers, a appris Le Soleil.
Érigés sur la 7e avenue de l'Aéroport, ces réservoirs pourront commencer à approvisionner les aéroplanes vers la fin du mois d'octobre.
La direction de l'entreprise s'est montrée peu bavarde sur cet investissement considéré comme majeur. Une annonce officielle doit être faite dans les prochaines heures par le distributeur de produits pétroliers de Saint-Thomas, près de Joliette.
À l'Aéroport international Jean-Lesage, le directeur des communications et des relations publiques, Mathieu Claise, s'est limité à dire que la direction de l'aéroport était «très heureuse d'accueillir un nouveau locataire sur le site.»
Selon nos informations, Harnois Groupe pétrolier a confié l'exploitation de ses réservoirs à la société Carburants Avtech, un fournisseur de services au sol et de mise à bord de carburant de Longueuil, qui se chargera également de faire le plein des avions.
Depuis le printemps dernier, Harnois Groupe pétrolier a joint MM. Julian Roberts et Yani Gagnon dans l'actionnariat de Carburants Avtech en compagnie de Max Aviation et de Strait Air (2000). Rappelons que MM. Roberts et Gagnon sont aussi propriétaires de Pascan Aviation. 
Chrono Aviation à Saint-Hubert
L'an dernier, une entreprise de Québec, Chrono Aviation avait présenté un projet de centre de services pour l'aviation commerciale d'affaires de 20 millions $ comprenant, entre autres, la vente de carburant à l'Aéroport international Jean-Lesage. La compagnie aérienne spécialisée dans le nolisement d'avion voulait briser le monopole exercé par AvJet, un leader québécois dans la distribution et la mise en baril de carburant pour le transport aérien.
Une mésentente avec les autorités aéroportuaires de Québec a chambardé les plans de Chrono Aviation qui a plutôt choisi d'aller investir ses billets verts à l'aéroport de Saint-Hubert.