Les Fêtes de la Nouvelle-France pourraient quitter le Petit Champlain, l'an prochain, puisque la place de Paris sera fermée durant les travaux entourant la création de la place des Canotiers.

Fêtes de la nouvelle-France: des commerçants du Petit Champlain inquiets

L'annonce voulant que l'organisation des Fêtes de la Nouvelle-France était à la recherche d'un nouveau site pour l'an prochain en raison des travaux à la place de Paris a fait sursauter plusieurs commerçants du Petit Champlain, qui ne souhaitent pas voir l'événement annuel s'en aller ailleurs.
«On a déjà perdu le Red Bull Crashed Ice, il ne faudrait pas perdre aussi les Fêtes de la Nouvelle-France!» a déclaré au Soleil Priscilla Herrera, gérante du restaurant Le Cochon Dingue. «Les Fêtes nous amènent beaucoup de clients. On a même battu notre record de ventes de cette année», poursuit-elle.
Plusieurs se demandent d'ailleurs comment il serait possible de tenir un événement pareil à un autre endroit. «Ici, c'est l'emplacement idéal. C'est un monument de l'UNESCO! Quitter le Petit Champlain, ce serait comme si on prenait un film, mais qu'on enlevait les décors», illustre Sylvie Asselin, conseillère à la boutique Le Blanc Mouton.
«De plus, cette année, les affaires ont été très bonnes durant les Fêtes de la Nouvelle-France. Et nous ne sommes pas seulement des commerçants, nous participons aussi à la fête», ajoute-t-elle.
Même son de cloche du côté de la Boutique des métiers d'art, où Francine et Naomie s'affairaient à répondre aux clients. «Nous sommes dans le berceau de la Nouvelle-France, c'est un symbole très fort. Je ne vois pas où ils pourraient tenir ça», souligne Francine.
Impact sur les affaires
L'employée d'un autre commerce qui a préféré garder l'anonymat a pour sa part signalé que l'afflux de touristes amené par les Fêtes de la Nouvelle-France avait un impact majeur sur les affaires. «Le chiffre d'affaires a diminué de moitié aujourd'hui, alors que les Fêtes sont terminées. J'espère que ça va continuer à exister ici. C'est très important pour l'achalandage.»
Au restaurant La Pizz, le gérant Élie Dedes trouve bien sympathiques les gens des Fêtes de la Nouvelle-France, mais avoue qu'un éventuel déménagement des festivités vers un autre site n'affecterait probablement pas ses affaires.
«Pour nous, du 1er juillet au 31 décembre, c'est toujours pareil. On refuse du monde tous les jours, alors on en refuse simplement plus durant les Fêtes de la Nouvelle-France. Le seul changement, c'est qu'on ne prend pas de réservations durant les Fêtes car ce ne serait pas gérable», conclut-il en ajoutant qu'il ne souhaite cependant pas le départ des activités.