Les parents auront le contrôle total sur la liste de contacts de leurs enfants.

Facebook lance une application Messenger pour enfants

SAN FRANCISCO – Facebook lance lundi aux États-Unis une version destinée aux enfants de sa messagerie instantanée Messenger, a annoncé le réseau social américain.

Messenger Kids est une application «de discussion vidéo et de messages conçue pour que les enfants puissent contacter famille et amis validés par leurs parents», qui «contrôlent entièrement la liste de contacts», explique le groupe dans un communiqué.

Dans cette version, «il n'y a pas de publicités, pas d'achats intégrés», précise Facebook, qui accompagne ce lancement d'un luxe de précautions quant à la sécurité des enfants et à la protection de leur vie privée.

«Nous voulons être sûrs que les usages de la technologie par nos enfants sont positifs, sûrs et adaptés à leur âge», affirme le groupe basé en Californie (ouest), qui prend soin de préciser que l'application est conforme à la réglementation sur la protection des enfants sur internet.

Messenger Kids n'est disponible pour l'instant que sur les appareils de la marque Apple et seulement aux États-Unis, dit encore Facebook, qui précise qu'elle sera ensuite proposée via les boutiques en ligne d'applications d'Amazon et de Google.

Concrètement, une fois l'application téléchargée, les parents créent un compte Messenger Kids pour leur enfant via leur propre compte Facebook, puis autorisent ou non les contacts à figurer dans la liste de leur enfant.

La version classique de Messenger revendique plus d'un milliard d'utilisateurs.

Les entreprises marchent sur des oeufs quand il s'agit de proposer des produits technologiques à destination des plus jeunes, les autorités et les associations de protection de l'enfance étant aux aguets sur ce sujet.

Début octobre, le fabricant de jouets Mattel a notamment renoncé à commercialiser une enceinte connectée destinée aux enfants à la suite d'une fronde d'associations et de parlementaires américains.

Mi-octobre, un groupe d'associations américaines avaient pointé du doigt les montres connectées pour enfants, affirmant qu'elles pouvaient rendre ces derniers vulnérables à des pirates informatiques ou des criminels.

En Allemagne, c'est la poupée connectée «Mon amie Cayla» qui avait été interdite à la vente en février. Les autorités avaient estimé que ce jouet pouvait espionner les enfants.