Face à l'urgence climatique, les Québécois continuent d'acheter des VUS en masse

Le Québec a beau avoir décrété «l'urgence climatique», les ventes de camions légers tels que les véhicules utilitaires sport (VUS) ne ralentissent pas.

C'est ce qu'ont constaté les chercheurs Johanne Whitmore et Pierre-Olivier Pineau, de HEC Montréal, dans leur rapport sur l'état de l'énergie au Québec 2020, qui appelle à des «transformations radicales, notamment dans nos habitudes de consommation».

Selon eux, les Québécois adoptent des comportements «contraires» à l'atteinte des cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Par exemple, depuis 2012, les ventes de camions - une catégorie qui comprend les minifourgonnettes, les VUS et les camionnettes - ont augmenté chaque année au Québec.

De 182 465 unités en 2012, elles ont grimpé à 294 491 unités en 2018, une augmentation de 61 pour cent, ont-ils trouvé.

Même si elles consomment en moyenne 20 pour cent moins de carburant, les voitures sont quant à elles «de moins en moins populaires», comme en témoigne une baisse de 31 pour cent des unités vendues entre 2012 et 2018.

L'utilisation de produits pétroliers - surtout en transport - est à la source de 54 pour cent des émissions de GES du Québec. Mme Whitmore et M. Pineau croient que la province ne pourra réduire ses émissions de GES si la consommation de pétrole continue à augmenter.

Ils soulignent que les Québécois «n'ont pas manqué d'argent» pour se procurer des camions légers. Les sommes qu'ils ont consacrées depuis 2012 à ces achats ont augmenté de 94 pour cent (de 6,7 milliards $ à 13,0 milliards $). Elles correspondent à plus du double de celles consacrées aux voitures (4,9 milliards $).

«Depuis 2015, les ventes de camions légers dépassent systématiquement celles des voitures au Québec, et l'écart se creuse d'année en année. (...) Cette tendance ne peut s'expliquer par la géographie du Québec ou la densité de la population: ces deux variables n'ont pas changé de 2003 à 2018.

«Ce sont les préférences des Québécois et leur capacité à se procurer un camion léger qui ont changé. Un plus grand nombre de Québécois veulent acquérir un véhicule personnel et leur choix se porte vers les camions légers dans une plus grande proportion qu'avant», peut-on lire dans le rapport de 64 pages.

La popularité des camions légers dans toutes les régions du Québec contribue à la hausse du nombre de véhicules par habitant: de 2003 à 2018, le taux de motorisation est ainsi passé de 486 à 570 véhicules pour 1000 Québécois.

C'est à Montréal et à Laval que l'on constate la plus faible proportion de camions légers (36 pour cent), alors que cette proportion dépasse les 50 pour cent en Gaspésie, en Abitibi-Témiscamingue, sur la Côte-Nord et dans le Nord-du-Québec.

Les auteurs prônent la mise en place de nouvelles mesures «pour amorcer une décroissance rapide de la consommation de produits pétroliers», telles qu'une taxe kilométrique, des plateformes numériques de covoiturage, ainsi que des incitatifs pour les véhicules en libre-service.

«Il faudra pour cela non seulement des voitures zéro-émission, mais surtout moins de véhicules polluants. Cela, tout en transformant la mobilité pour réduire l'importance des véhicules individuels», écrivent-ils.

Grands consommateurs d'électricité

Par ailleurs, ils constatent que les Québécois sont également d'énormes consommateurs d'électricité, surtout dans les périodes de pointe.

Le Québec est la province où le prix moyen de l'électricité destinée à la consommation résidentielle est le plus bas, soit de 8,04 cents le kWh en 2018, et où les ventes d'électricité par personne sont parmi les plus importantes.

«Il est intéressant de constater qu'il existe une corrélation très claire entre la consommation d'électricité et les prix. (...) Un prix plus bas constituera toujours un incitatif à consommer davantage.»

Le Québec rate ses cibles

Pour les auteurs, il est clair que les tendances énergétiques québécoises actuelles «ne sont pas rassurantes».

Malgré plusieurs initiatives louables, telles que l'électrification des transports et le développement de biocarburants, le Québec continue d'accroître sa consommation de produits pétroliers (hausse de 10 pour cent de 2013 à 2018) et ses GES stagnent depuis 2014.

«Il n'est pas envisageable d'atteindre nos cibles énergétique (...) et climatique (émissions de GES de moins 37,5 pour cent par rapport à 1990) en suivant le cours normal des choses. Nous devrons donc effectuer un virage majeur d'ici 2030», concluent-ils.

Vendredi, le ministre de l'Énergie, Jonatan Julien, a qualifié le rapport d'«éclairant» et d'«outil indispensable» pour orienter les actions du gouvernement.

«Des efforts additionnels devront être faits pour atteindre nos objectifs et c'est pour cette raison que notre gouvernement accentue ses efforts dans divers domaines pour réussir la transition énergétique, a-t-il déclaré dans un communiqué. Il faut changer nos comportements et nos habitudes de consommation, tout en revoyant l'utilisation que nous faisons de nos ressources.»