Le F.-A.-Gauthier prendra la direction des installations du Chantier Davie.

F.-A.-Gauthier : la «garantie contractuelle est terminée»

Le F.-A.-Gauthier prendra la direction des installations du Chantier Davie. La Société des traversiers du Québec (STQ) a loué une cale sèche pour diagnostiquer les problèmes mécaniques du bateau-passeur, dont la «garantie contractuelle est terminée» avec le constructeur.

La semaine dernière, pour une xième fois, le traversier construit en Italie au coût de 175 millions $ par le chantier naval Fincantieri a éprouvé des bris mécaniques. Il a été retiré du service «pour une période indéterminée».

Le 14 janvier prochain, celui qui assurait la liaison entre Matane et la Côte-Nord accostera à Lévis pour une période allant 10 et 14 jours.  

«Plusieurs tests et de la collecte de données ont été effectués à bord et lors de tests en mer», indique la STQ. «Nos experts doivent maintenant avoir accès aux propulseurs hors de l’eau pour continuer l’analyse».

Pour l’heure, la STQ refuse de dire si Davie pourrait obtenir le contrat de réparation du navire. La porte-parole, Julie Drolet, mentionne que des experts de son organisation, en collaboration avec des travailleurs du chantier maritime de Lévis, vont effectuer l’analyse du traversier.

«Nous ne pensons pas encore à l’étape de réparation. Nous essayons de comprendre le problème et nous devons identifier des solutions», répond Mme Drolet. «Par la suite, nous allons l’amarrer à un quai et nous allons poursuivre notre analyse avec des experts et le fournisseur», poursuit-elle.

Quant à la facture des réparations, la STQ indique que la garantie du navire en cas de bris est terminée. Entre juillet 2015 et janvier 2016, le F.-A.-Gauthier avait été victime de 128 bris et ajustements.

Pour se rafraîchir la mémoire, le F.-A.-Gauthier avait été mis en service à l’été 2015. Il était le premier traversier à être propulsé au gaz naturel liquéfié en Amérique du Nord.

Actuellement, le service aérien temporaire entre Matane, Baie-Comeau et Sept-Îles se poursuit. Le CTMA Vacancier, qui était en arrêt pour son entretien annuel, devrait prendre la relève le 8 janvier.

D’ici là, les voyageurs devraient encore avoir quelques maux de tête, car la traverse entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon se terminera le 2 janvier prochain.

Solution de rechange

Pour la solution de rechange, si le traversier demeure hors service pour plusieurs mois, la STQ refuse de dire si elle pourrait louer ou même acheter un autre traversier, notamment à Davie.

«On regarde plusieurs options. À court terme, c’est le CTMA Vacancier. Je n’ai aucune annonce à faire. En ce moment, notre priorité est d’offrir un service», dit la directrice aux communications.

Plusieurs élus de l’Est-du-Québec et de la Côte-Nord réclament aujourd’hui au gouvernement d’avoir un bateau de remplacement qui pourrait répondre en tout temps à une interruption de service du genre.

La fin de semaine dernière, le ministre des Transports François Bonnardel s’est engagé à trouver l’argent nécessaire pour que la STQ effectue l’acquisition d’un nouveau navire afin d’assurer 12 mois par année une liaison. Quelques jours après l’arrêt du F.-A.-Gauthier, il a jugé inacceptable le fait que la STQ n’ait aucun bateau de disponible pour assurer le service. Il a pointé du doigt l’ancien gouvernement libéral. Aujourd’hui, comme il l’a mentionné à l’émission D’Est en Est, à Radio-Canada, il envisage même la possibilité d’entamer des procédures judiciaires contre le constructeur.