Le site de forage Galt 4, un puits de Junex, près de Gaspé

Exploration pétrolière et gazière: Junex mise sur la Gaspésie

Exactement une semaine après l'adoption d'un décret du gouvernement du Québec mettant fin à l'exploration pétrolière et gazière à l'île d'Anticosti, la firme Junex annonce qu'elle et ses partenaires investiront 14 millions $ dans la poursuite de l'exploration dans le secteur Galt, près de Gaspé.
La firme annonce du même souffle qu'un nouveau partenaire se joint à l'initiative, la société publique Ressources Québec, qui était active dans le défunt projet Anticosti. Le décret du 28 juillet s'était également traduit par le versement de 5,5 millions $ à Junex, au milieu de compensations partielles totalisant 41,4 millions $.
En ce qui concerne Galt, la compagnie précise que l'exploration y prendra la forme d'un forage à réaliser au cours des prochaines semaines au puits horizontal Galt numéro 6. Elle indique aussi qu'une partie des 14 millions serviront à un autre puits, Galt numéro 7, et peut-être à d'autres travaux.
Le président et chef de la direction de Junex, Jean-Yves Lavoie, assure que le versement de l'indemnisation de 5,5 millions $ liée au décret touchant Anticosti n'est pas l'élément ayant accéléré l'annonce de l'investissement dans le projet Galt.
«C'est un dossier complètement à part. Nous avions signé une lettre d'intention avec Investissement-Québec en mars, pour le partenariat de Galt», souligne M. Lavoie, qui concède quand même que les 5,5 millions $ «iront à Gaspé».
Cette lettre d'intention de mars avec Investissement-Québec débouche en fait sur le second volet de l'annonce de Junex, la venue de Ressources Québec, le bras pétrolier et gazier d'Investissement-Québec, comme partenaire de Junex dans le projet Galt.
Ressources Québec versera 8,4 millions $ des 14 millions $ nécessaires à la poursuite du projet Galt. Ressources Québec possédera désormais 17,13% de toute la propriété Galt, comparativement à 52,87 % pour Junex, et 30 % pour Gestion Bernard Lemaire, un partenaire de longue date dont la part ici demeure inchangée.
Jean-Yves Lavoie précise que si Ressources Québec paie 60 % des 14 millions $ de l'investissement requis aux puits 6 et 7 pour n'acquérir que 17,13 % de toute la propriété Galt, c'est pour rattraper les investissements préalables des partenaires, qui totalisent 35 millions $, incluant la prochaine étape. «Si vous divisez 8,4 millions $ par 35 millions $, vous arriverez pas mal près de 17,13 %», dit-il.
Jean-Yves Lavoie affirme que le puits Galt 6, de même que l'éventuel puits Galt 7, seront réalisés en vertu «de techniques de forage conventionnelles», ce qui exclut la fracturation et la stimulation chimique.
«Il n'est pas prévu de faire des choses majeures. [Pour les autres puits], on verra à mesure mais à date, on n'a pas eu besoin [de fracturation et de stimulation chimique]», note M. Lavoie, rappelant que toute demande de fracturation doit être examinée par le ministère de l'Environnement.
Jean-Yves Lavoie prévoit que de 25 à 30 personnes travailleront à Galt 6 pendant les deux mois prévus pour la prochaine campagne d'exploration.
***
Toujours en attente d'un bail d'exploitation
Junex a déposé une demande de bail d'exploitation touchant les cinq puits de la propriété Galt en septembre 2016. La compagnie attend toujours une réponse du ministère des Ressources naturelles à ce sujet. «Ça devrait venir bientôt. Ça peut être long, ces demandes-là», commente simplement Jean-Yves Lavoie, président de Junex.
Des cinq puits forés par Junex à Galt, une propriété située un peu à l'est des limites municipales de Gaspé, c'est Galt 4 qui a montré le plus de potentiel jusqu'à maintenant. «Nous avons sorti jusqu'à 400 barils par jour», précise M. Lavoie.
En six mois d'exploration à Galt 4 répartis entre 2015 et 2016, Junex y a récolté 14 000 barils de pétrole brut léger, ce qui serait le puits le plus productif de l'histoire du Québec. Le puits est fermé jusqu'à ce que la firme obtienne son bail d'exploitation.