EXFO a fait savoir que le fondateur et président exécutif du conseil d’administration de l’entreprise, Germain Lamonde, et son pdg, Philippe Morin, «réaffirmaient leur confiance dans l’entreprise».

EXFO rassure les marchés

«Il n’y a pas de rumeurs qui circulent», s’empresse d’affirmer le directeur des relations avec les investisseurs d’EXFO, Vance Oliver. «MM. Lamonde et Morin veulent seulement démontrer leur confiance à l’égard de l’équipe de direction d’EXFO et de la stratégie de croissance de l’entreprise.»

Lundi matin, la compagnie de Québec spécialisée dans les équipements de tests pour l’industrie mondiale des télécommunications émettait un communiqué de presse pour faire savoir que le fondateur et président exécutif du conseil d’administration de l’entreprise, Germain Lamonde, et son pdg, Philippe Morin, «réaffirmaient leur confiance dans l’entreprise.»

«C’est un signal qu’ils envoient pour démontrer que nous sommes patients, que l’entreprise a une vision à long terme et qu’elle sait où elle va», signale M. Oliver en précisant que cette sortie publique n’avait rien d’extraordinaire.

Elle survient, par contre, à la suite des «décisions personnelles» récentes prises par MM. Lamonde et Morin quant à leur participation dans EXFO, une société inscrite à la Bourse de Toronto (TSX:EXF) et au NASDAQ (EXFO).

«M. Lamonde a augmenté sa participation majoritaire dans l’entreprise, directe et indirecte, à 35,3 millions d’actions, en achetant sur le marché libre 111 300 actions d’une valeur approximative de 500 000 $», fait savoir le communiqué d’EXFO.

Selon la fiche d’information pour les investisseurs, EXFO avait 55,1 millions d’actions en circulation au 31 août dernier et sa capitalisation boursière était de 242,5 millions $.

«Quant à M. Morin, il a choisi de conserver les actions auxquelles lui donnaient droit 58 059 unités d’actions subalternes d’une valeur approximative de 225 850 $ dont la période d’acquisition des droits a pris fin au début du mois, et il a acquitté les charges fiscales afférentes. M. Morin avait précédemment acheté 600 000 actions quand il avait été nommé président-directeur général d’EXFO en avril 2017.»

Restructuration

Le 11 octobre, l’entreprise qui fait travailler 1900 personnes réparties par dans une vingtaine de pays rendait publics ses résultats pour son exercice financier 2018. Une année «décevante», selon Philippe Morin, marquée par une hausse de 10,8 % de ses ventes (269,5 millions $US) et une perte nette de 11,9 millions $US. Le pdg annonçait également le déploiement d’un plan de restructuration visant la réalisation d’économies annuelles de 10,5 millions $US.

L'exercice 2018 a aussi été une occasion pour EXFO de faire du magasinage. La société de Québec a mis la main sur deux sociétés françaises: Astellia et Yenista Optics.

La valeur de l’action d’EXFO a aussi souffert. À Toronto, elle s’est retrouvée sous la barre de 4 $ pour afficher, à la fin du mois d’octobre, 3,51 $. Lundi, à la fermeture des marchés, l’action d’EXFO valait 4,80 $. À son plus haut, au cours des 52 dernières semaines, elle avait atteint 5,87 $.

«MM. Lamonde et Morin veulent envoyer un message clair aux marchés boursiers: EXFO garde le cap», conclut Vance Oliver.