Le projet du Groupe Lokia prévoit notamment la rénovation de la maison des Pères du Très-Saint-Sacrement et la construction d’un nouvel édifice, qui passera graduellement de cinq à huit étages.

[EXCLUSIF] Une résidence pour aînés derrière l’église Saint-Sacrement

Une nouvelle résidence pour personnes âgées d’environ 290 unités devrait voir le jour derrière l’église du Très-Saint-Sacrement, à Québec. Un projet de 40 millions $, a appris Le Soleil.

Mercredi soir, le promoteur du développement, le Groupe Lokia, a présenté aux citoyens du quartier sa vision pour le site. L’objectif est de démarrer les travaux «le plus rapidement possible». Il vise dans un monde idéal l’automne prochain. 

L’entreprise doit toutefois encore obtenir certaines autorisations de la ville avant de réaliser la première pelletée de terre, dont une modification au zonage pour la hauteur permise dans ce secteur.  

D’entrée de jeu, l’architecte du projet, Pierre Martin, a tenu à préciser lors d’une rencontre avec Le Soleil que ce développement ne toucherait pas à l’église du Très-Saint-Sacrement. «Il ne s’agit pas des mêmes propriétaires».

La direction du Groupe Lokia a davantage dans sa mire l’édifice et le terrain derrière l’établissement religieux appartenant à la congrégation des Pères du Très-Saint-Sacrement. Une option d’achat en lien avec l’obtention des autorisations nécessaires pour démarrer le chantier est sur la table. 

Pour l’église, qui pourrait éventuellement être aussi vendue en raison des importants travaux à effectuer sur le bâtiment, elle est la propriété de la fabrique de la paroisse Bienheureuse-Dina-Bélanger.

Selon les plans développés par la firme PMA Architectes, le projet de Lokia prévoit la rénovation de la maison des Pères du Très-Saint-Sacrement, la construction d’un nouvel édifice, qui passera graduellement de cinq à huit étages, l’aménagement d’espaces verts et d’un stationnement souterrain de 136 cases. 

Au cours des dernières semaines, les plans de la nouvelle résidence ont été présentés à la Commission d’urbanisme. Le projet a reçu le feu vert après certaines modifications.

«Ce que notre client nous a demandé, c’est de faire une résidence pour accueillir des aînés religieux et des laïques. Les critères ne sont pas les mêmes. Pour les religieux, par exemple, tu peux avoir un appartement sans cuisine», explique M. Martin. «Il va également y avoir une unité de soins avec des soins jusqu’en fin de vie», poursuit-il.

C’est la maison des Pères du Très-Saint-Sacrement, d’une hauteur de cinq étages, qui sera convertie pour héberger l’unité de soins. Cette dernière comptera environ 60 chambres. Ce bâtiment sera attaché par un édifice de deux étages avec la nouvelle section du complexe d’hébergement. 

Parmi les 290 unités, en plus de l’unité de soins, le projet comprendra 93 chambres pour les personnes religieuses et 130 résidences pour aînées. On y retrouvera plusieurs services, notamment pour la nourriture, un dépanneur, une salle de loisirs, une chapelle, une bibliothèque, une salle d’entraînement et une piscine.

Environ 150 emplois seront créés. Les premiers résidents devraient pouvoir s’installer au printemps 2021.

Couvert végétal

Quant aux accès, l’entrée principale pour les locataires sera aménagée du côté de l’avenue Père-Pelletier. Pour la réception des marchandises et la gestion des matières résiduelles, les camions auront accès au site par l’avenue Saint-Sacrement.

M. Martin ajoute que l’aspect environnemental a aussi été un enjeu important pour les promoteurs lors de la conception des plans.

«Sur l’ensemble de notre propriété, nous conservons environ 62 % de couvert végétal», dit l’architecte, rappelant qu’une partie du site est un arboretum. «Tous les stationnements vont être à l’intérieur. Nous avons fait attention à notre empreinte. Le projet a aussi été pensé pour conserver l’identité du secteur», poursuit-il.

Ce dernier estime qu’environ cinq arbres devront être coupés pour réaliser le développement. 

«On y retrouve plusieurs variétés d’arbres très rares qui ne devraient pas pousser dans notre région. On prend l’engagement de protéger cet arboretum et de le mettre en valeur», assure M. Martin.

Le projet du Groupe Lokia prévoit notamment la rénovation de la maison des Pères du Très-Saint-Sacrement et la construction d’un nouvel édifice, qui passera graduellement de cinq à huit étages.

Dans la grande région de Québec, le Groupe Lokia, qui brasse des affaires dans le domaine de l’immobilier depuis 2002, possède les résidences pour personnes âgées le Pavillon des Mille Fleurs, à L’Ancienne-Lorette, et Les Jardins d’Évangeline, à Beauport. Cette dernière compte 187 unités.

L’entreprise détient aussi des installations similaires à Trois-Rivières, au Saguenay-Lac-Saint-Jean ainsi qu’au Nouveau-Brunswick. Lokia travaille également actuellement sur un projet de logements à Sherbrooke pour une autre communauté religieuse. Née à Alma, la compagnie est notamment la propriété de Dany Chassé et du Dr Guy Tremblay, un spécialiste en chirurgie oto-rhino-laryngologie.