La semaine dernière, le propriétaire du Loews de la Grande Allée a accepté une offre du Groupe Savoie, propriétaire des Résidences Soleil, pour en faire 350 logements pour personnes âgées autonomes.

Entente de principe pour transformer le Concorde en résidence pour aînés

C'est tout un tournant qui attend l'établissement hôtelier Loews Le Concorde de la Grande Allée. Une entente de principe est intervenue mardi pour transformer l'immeuble en résidence pour personnes âgées.
«C'est fait. Notre offre a été acceptée par la direction de Loews de New York», a indiqué hier au Soleil le propriétaire des Résidences Soleil, Eddy Savoie.
L'entreprise de M. Savoie, le Groupe Savoie, qui détient plus de 6000 appartements pour personnes âgées au Québec répartis dans plus de 14 complexes d'habitation, a l'intention de transformer l'hôtel de 405 chambres de la Grande Allée en appartements pour les citoyens du troisième âge.
En tout et pour tout, ce sont entre 300 et 350 nouveaux logements (un et demi à quatre et demi) qui verront le jour dans le secteur de la Grande Allée. «On parle de 500 nouveaux résidants permanents qui vont apporter de la vie et qui vont contribuer à l'essor économique du quartier», a assuré hier M. Savoie.
Bien que le montant de la transaction n'ait pas été dévoilé hier, le Groupe Savoie prévoit investir massivement dans l'immeuble du Concorde pour le remettre au goût du jour. Selon nos informations, des investissements de 30 millions $ sont prévus pour satisfaire les normes de l'industrie.
Le Groupe Savoie a notamment l'intention de construire un minigolf intérieur, des allées de quilles ainsi qu'une verrière pour couvrir la piscine extérieure existante. Un restaurant-cafétéria sera également aménagé dans l'actuel restaurant tournant L'Astral pour répondre aux besoins alimentaires des futurs résidants de l'immeuble.
Feu vert de la Ville?
M. Savoie soutient que la balle est maintenant dans le camp de la Ville de Québec pour qu'elle autorise la transaction. «On n'attend plus que le feu vert de la Ville pour aller de l'avant. La conversion de l'immeuble dépendra de l'acceptabilité ou non de la Ville», a-t-il précisé.
L'administration du maire Régis Labeaume devra notamment autoriser un changement au règlement actuel de zonage pour faire passer la vocation de l'immeuble dite commerciale (H1) à celle de résidences communautaires pour personnes âgées (H2).
Selon M. Savoie, il est faux de dire que le Concorde sera transformé en un Centre hospitalier de soins de longue durée (CHSLD). «Au contraire, les gens qui habitent nos résidences sont dynamiques et apporteront de la vie dans le secteur. Le maire Labeaume peut être rassuré, les futurs résidants du secteur seront très actifs. Pour des retraités, ce sera un endroit magnifique pour vivre», a-t-il ajouté.
Le Groupe Savoie croit être en mesure d'accueillir ses premiers résidants sur la Grande Allée six mois après avoir obtenu le feu vert de la Ville de Québec.
Travailleurs déçus
Évidemment, la nouvelle de la transaction n'a pas été accueillie avec joie par les travailleurs du Concorde, qui disaient toujours nager ces derniers jours en plein brouillard. «Nous n'avons aucune communication avec la direction de Loews. On ne sait pas ce qui se passe», a fait savoir le président du syndicat des travailleurs du Concorde, Jacques Fortin.
La direction de la chaîne hôtelière Loews avait d'ailleurs fait parvenir aux 250 employés du Concorde un avis de cessation d'emploi en vigueur dès le 13 février prochain.
Les employés du Loews ont également toujours en mémoire l'annonce de la transaction le printemps dernier avec le groupe Urgo Hotels, qui avait par la suite échoué après l'étape des vérifications diligentes.
Il faut dire que le cas du Concorde est particulier. La société Loews jouit d'un bail emphytéotique de 99 ans signé il y a 43 ans avec l'homme d'affaires Marcel Adams, qui possède la société Développement Iberville. Au terme de ce bail, en vigueur jusqu'en 2069, l'immeuble deviendra la propriété de la succession de M. Adams.
Mardi, personne chez Loews n'était disponible pour commenter le dossier.